Il faut

veiller, écrit Verdi dans un codicille récemment ouvert à son testament, à ce que pas une note de ma musique ne soit capturé par des fauteurs de divisions ou des troupes de Ligueurs séparatistes et intolérants. Va, pensiero, sull’ali donate ! Démerdez-vous ! 

Posts récents

Voir tout