Il faut

sur-souligner deux indignités, à propos des expulsions de Roms. Kouchner, qui ne confie qu’après l’été meurtrier avoir «songé à démissionner», et abîme ainsi sa chère image pour demeurer, même impuissant, au pouvoir ; Glucksmann, écrivant que « le droit à l’errance est imprescriptible », qui plaide, en gros filigrane, pour la sienne d’errance, intellectuelle.

Posts récents

Voir tout