Il faut

Dans le monde radieux de la finance, il faut encore distinguer d’autres prédateurs, à côté desquels les banques traditionnelles, même dévoyées, ne sont que d’aimables, et surtout patients, suceurs de sang : les fonds spéculatifs. L’Argentine le sait bien, qui, s’étant déclarée unilatéralement en défaut sur sa dette, en décembre 2001, a obtenu de ses créanciers privés une décote sur leurs titres, allant jusqu’à 75%. Mais ces fonds vautours exigent leurs 100%, et un tribunal de New York leur a donné raison. Non seulement ces fonds poussent un pays dans le gouffre, mais ils sont les premiers en bas pour se payer sur les débris…

Posts récents

Voir tout