Il faut

Le troisième homme (Juppé) renonce à s’embarquer dans cette « galère » (l’UMP ravagée par le choc des deux ambitions de Copé et Fillon) et en appelle à un quatrième (Sarkozy), seul capable à ses yeux de ramener le calme (on rêve…), qui lui-même (hypothèse) s’en lavera les mains et favorisera peut-être ainsi le recours à un ou une « non-alignés » (NKM ou Le Maire). Bref, un feuilleton. D’autant que, scission ou pas, il ne faut pas être devin pour discerner que, même si de l’eau (sale…) coulera sous les ponts d’ici là, le clan défait jouera contre l’autre dans la conquête du pouvoir en 2017.

Posts récents

Voir tout