J’aime les filles !

Enfin, les choses sérieuses vont commencer ! Non, je ne plaisante pas. Qu’ont fait les « négociateurs » pendant sept mois ? Ce qu’ils font depuis cinquante ans. Discuter, marchander, échanger des vaches espagnoles contre des fraises de Wépion, des gaufres contre des chômeurs. Et je te donne Kraainem, et tu me donnes 500.000 euros pour boucher les trous à Bruxelles. Tu me refiles la politique de l’emploi. Et j’autorise les électeurs de quelques communes du Brabant flamand à aller voter à Bruxelles une fois tous les quatre ans. Ce troc de boutiquiers, cet « art du compromis » minable dont on a, à tort, été si fiers pendant longtemps, c’est fini. Cette fois, on est condamné à innover. Le rattachement de la Wallonie à l’Allemagne, imaginé par Paul Magnette un soir de grande fatigue avant de se faire taper sur les doigts, c’était un avant-goût de ce qui nous attend. Certains ont déjà été plus loin en proposant le rattachement de la Belgique au Congo, comptant sur l’art de la palabre bantoue pour faire taire définitivement Bart De Wever et Joëlle Milquet. On a vu dans quel état le ministre des affaires étrangères Steven Vanackere est rentré de quelques jours seulement de séjour dans la villa du président Kabila. Tiens ? C’est peut-être une idée ça : envoyer les négociateurs discuter dans l’arrière-salle d’un restaurant de Kinshasa. En leur interdisant de sortir tant qu’un accord n’est pas signé. Vande Lanotte éliminé après l’échec de Jean-Luc Dehaene, le roi n’a plus guère de «vieux sages » au fond de son chapeau. On voit mal Guy Verhofstadt ou Herman van Rompuy, le poète bestseller, rejouer une fois de plus les secouristes. Et Steve Stevaert, parti juste à temps après quelques claquettes ? Il est trop occupé à monter une version cubaine du Pukkelpop avec la famille Castro. Reste alors à faire appel à des personnalités de la société civile. Justement les citoyens lassés ont exprimé leur ras-le-bol avec une maturité dont les hommes politiques « responsables » auraient bien fait de s’inspirer. Mais qui ? Justine Henin est disponible mais sa santé lui interdit de jouer des coudes. Arno est aussi difficile à comprendre que Michel Daerden. Quant à Stromae, il n’a hélas plus une minute dans son agenda jusqu’en 2025. Une autre idée ? Les Flamands ne connaissent pas les stars wallonnes. Et les vedettes mondialement connues en Flandre sont ignorées chez nous : le touche-à-tout de génie Erik Van Looy, l’ironique Geert Hoste ou la pulpeuse Maaike Cafmeyer. Erik who ? Maaike who ? Des inconnus ou plutôt de belles inconnues, n’est-ce pas de cette nouvelle génération que viendra le sursaut comme on a vu artistes, intellectuels et étudiants se mobiliser récemment toutes langues confondues ? Maaike Cafmeyer et Cécile de France à deux au 16 rue de la Loi, ça aurait de la gueule, non ?

Posts récents

Voir tout

NOUVEAU SITE

Cela fait de longues années que ce blog n’a pas été mis à jour. Non que ce soit une obligation ; mais là, vraiment, il était temps. Il n’y aura plus de nouveaux articles sur ce site. Je vous invite à

michaël, l’espiègle

Dans une belle lettre d’adieu à son coéquipier Michael Goolaerts, le triple champion du monde de cyclo-cross Wout Van Aert écrit qu’il ne faudra jamais oublier Michael, ce gars espiègle avec son étern

Anvers et contre tout

Anvers est loin de Vérone. Sous le balcon de Juliette, l’histoire d’amour était dramatique mais simple. Dans la métropole pluvieuse, la tragédie a tourné au Grand-Guignol. La Belgique est une terre de