• alain

l'arche de noe. serie 21

Mis à jour : 19 mai 2019



Le sommet international sur la biodiversité qui s’est tenu le week-end dernier à Metz a une fois de plus accouché d’une souris. Si maigre que même le chat n’en veut pas.

Plusieurs chefs d’état avancent de timides solutions pour faire face aux désastres annoncés, la disparition des espèces. Ainsi, le ministre président wallon a courageusement proposé de les parquer à Pairi Daiza mais son homologue flamand a aussitôt protesté. D’où l’idée de procéder comme pour la bibliothèque universitaire de Louvain : les mâles en Flandre et les femelles en Wallonie (ou le contraire). Pour la reproduction ? Faudra un accord de coopération entre les régions…

Une autre idée, radicale il est vrai, paraît plus sérieuse. Refaire le coup de l’arche de Noé.

Combinant les avantages du vieux monde (l’idée d’un bateau de survie) et le nouveau (les ressources de la technologie), nos ingénieurs sont en mesure de construire un super-rafiot, un radeau de la Méduse modèle XXL, climatisé contre le réchauffement climatique, qui permettra de conserver vivants deux exemplaires de chaque race pour les débarquer lorsque la planète aura recommencé à respirer, c’est-à-dire quand tous les êtres vivants, restés en rade, auront été éradiqués.

Pour choisir les passagers ? On procèdera par tirage au sort. C’est la mode.

Monsieur Fourmi et sa dame, un lion, une lionne, une bête à Bon Dieu et… comment appelle-t-on sa femelle ? Une bonne déesse ? La Bible ne le dit pas.

Pour la race humaine, ce ne devrait pas être plus compliqué. Même si j’entends déjà les débats. Pourquoi lui et pas moi ? Je suis plus jeune, plus riche, plus beau, en meilleure santé ou plus intelligent, plus fertile, etc.

Il faudra donc un homme et une femme. Pas deux.

Mais quelle femme ? Pas de scientifique. On ne se mettra jamais d’accord sur la discipline nécessaire pour reprendre la civilisation à zéro, vu que la science n’est pas pour rien dans l’échec de celle qui s’achève. Une cinéaste serait précieuse pour assurer l’héritage de la vie d’avant et refabriquer notre identité après mais sans électricité, inutile de s’attarder.

Reste alors à désigner une chef d’état capable de réorganiser le bazar après le débarquement, quand la terre se sera débarrassée des dernières traces du déluge. Angela Merkel ? Bravo mais elle n’a plus l’âge de procréer. Elizabeth II non plus mais elle a l’avantage d’être immortelle. Cependant, le bordel qui règne en Grande Bretagne n’est pas vraiment une pub pour vanter ses capacités de pacifier le chaos.

Je suggèrerais plutôt une jeune immigrée. Elle a l’expérience des abominations qu’elle a fuies, des conditions horribles dans lesquelles nous l’avons accueillie. Elle n’a pas peur de l’eau ni du mal de mer. Oui, c’est sans doute le meilleur choix pour relancer l’espèce humaine.

www.berenboom.com

1 vue0 commentaire

Posts récents

Voir tout

21 comme si on y etait

21 a commencé dans une joyeuse effervescence avec l’installation du président Biden (et de la vice-présidente Kamala Harris) et la mise à feu de la campagne de vaccination. Deux fléaux allaient dispar

adieu monde cruel!

Une enquête vient d’être ouverte en France après l’effacement des comptes en crypto-monnaie des fonds confiés par des investisseurs à un gestionnaire de fortune. Une seconde a suffi pour que toutes le

le monde invisible d'après

L’histoire de l’art contemporain a bousculé bien des certitudes et fait voler en éclats les lois de l’esthétique, du bon goût et même du mauvais. Après la vespasienne de Marcel Duchamp, les monochrome