L’Homme sans bagages, Emmanuelle Pol, Finitude, 160 pages


De mère française et de père italien, ayant passé son enfance en Suisse et vivant depuis plus de 25 ans à Bruxelles, Emmanuelle Pol incarne l’image d’une Europe sans frontières. Le personnage de son dernier roman, L’Homme sans bagages, pousse le concept encore plus loin: à peine sorti de l’adolescence, il quitte sa mère adoptive, entreprend des études de géologue et se met à voyager de pays en pays (Iran, Algérie, Togo, Bolivie, etc.) au gré de contrats professionnels, délaissant les femmes qu’il croise et les enfants qu’il leur fait. Il vit libre de toute attache, méprisant la sédentarité et prenant un malin plaisir à effacer toute trace administrative de son existence. Il mène sa barque comme bon lui semble au nom de la sacro-sainte liberté. Mais S. est rattrapé par deux éléments inattendus: la découverte d’une lettre de ses parents, morts lorsqu’il était enfant ; et la rencontre d’une jeune femme plus indépendante que lui…

Au travers de ce court roman, Emmanuelle Pol nous offre une belle réflexion sur la liberté humaine, sur les illusions de l’indépendance et sur l’importance des choix qu’on pose tout au long de sa vie. À méditer…