L’odeur de la forêt d’Hélène Gestern


En écho à la belle chronique de Michel Paquot, immense coup de cœur, moi aussi, pour le dernier roman d’Hélène Gestern, dense, ciselé et passionnant. L’odeur de la forêt retrace le travail de recherche d’une historienne de la photographie, Elisabeth Bathori, qui enquête sur la correspondance d’un Poilu du temps de la grande guerre. Par ailleurs elle-même confrontée à un deuil difficile, elle nous entraîne dans une fascinante exploration du passé.  Avec en filigrane cette interpellante question: quelles traces nos vies laissent-elles ? Assurément une romancière très talentueuse et un grand livre!

L’odeur de la forêt, Hélène Gestern, Arléa, 698 pages

Posts récents

Voir tout

NOUVEAU SITE

Cela fait de longues années que ce blog n’a pas été mis à jour. Non que ce soit une obligation ; mais là, vraiment, il était temps. Il n’y aura plus de nouveaux articles sur ce site. Je vous invite à

michaël, l’espiègle

Dans une belle lettre d’adieu à son coéquipier Michael Goolaerts, le triple champion du monde de cyclo-cross Wout Van Aert écrit qu’il ne faudra jamais oublier Michael, ce gars espiègle avec son étern

Anvers et contre tout

Anvers est loin de Vérone. Sous le balcon de Juliette, l’histoire d’amour était dramatique mais simple. Dans la métropole pluvieuse, la tragédie a tourné au Grand-Guignol. La Belgique est une terre de