La politique, les noms et les mots

Pour cette dernière chronique de la saison, je reviens, en guise de méditation estivale, à ce qui traverse cet exercice hebdomadaire d’une manière quasi obsessionnelle : à savoir la politique, les mots et les symboles. L’actualité, ici en France le suggère, mais cela vaut pour tous. Dans le brouillage des pistes qui caractérise cette période de crises, l’imposture des mots est essentielle. Voyez la question de  réélection de José Manuel Barroso à la tête de la Commission européenne. Obligé de présenter un programme pour espérer sa réélection, Barroso affirme qu’il veut placer au cœur  d’un éventuel nouveau mandat « une économie sociale de marché » faite « de régulation financière accrue, d’environnement, de développement industriel et agricole ». Bref tout ce que lui-même et les gouvernements de l’Union européenne n’ont pas fait durant son premier mandat. Tout cela, nous dit-on, sous la pression  du président français et de la chancelière allemande dont la politique nationale n’a pas plus été inspirée par ses principes. C’est un trait dominant de cette crise générale, la droite joue à fronts renversés, s’empare des mots d’une gauche asphyxiée et prend une posture qui ne correspond en rien à sa véritable politique. C’est ce que la très vieille tradition idéologique italienne appelle le « transformisme » : confisquer les mots et le programme des adversaires pour les priver d’oxygène. Alors l’imposture des mots sert uniquement à exalter une posture politique sans  conséquence, si ce n’est le maintien ou le renforcement de son pouvoir. Comme en politique « dire, c’est aussi faire », les habiles manieurs de mots sont aussi de redoutables joueurs des symboles. Et dans ce registre, Nicolas Sarkozy, n’est pas la moins doué. Inscrire un Mitterrand à son tableau de chasse à l’ouverture n’est pas le moindre de ses exploits. Sur la plan de la politique qu’il mènera, y compris dans le domaine culturel, cela ne changera rien. Mais en termes d’image et de représentation médiatique, c’est fort. Tout cela ne grandit ni la politique, ni les hommes qui l’imposent ou qui l’acceptent avec plus ou moins de délectation narcissique mais cela contribue à la confusion généralisée qui sert évidemment son ordonnateur. Plus que jamais la mesure des mots comme le maniement des symboles exige de nous une vigilance démocratique si nous voulons avoir une chance de maîtriser un tant soit peu notre destin collectif.

#Barroso #FrédéricMitterrand #Sarkozy

Posts récents

Voir tout

NOUVEAU SITE

Cela fait de longues années que ce blog n’a pas été mis à jour. Non que ce soit une obligation ; mais là, vraiment, il était temps. Il n’y aura plus de nouveaux articles sur ce site. Je vous invite à

michaël, l’espiègle

Dans une belle lettre d’adieu à son coéquipier Michael Goolaerts, le triple champion du monde de cyclo-cross Wout Van Aert écrit qu’il ne faudra jamais oublier Michael, ce gars espiègle avec son étern

Anvers et contre tout

Anvers est loin de Vérone. Sous le balcon de Juliette, l’histoire d’amour était dramatique mais simple. Dans la métropole pluvieuse, la tragédie a tourné au Grand-Guignol. La Belgique est une terre de