Le Hollandais volant

La crise bancaire, un an après. G20, F.M.I., tous ceux qui ont une responsabilité dans la gestion des affaires publiques s’attellent au redressement économique et financier. Oubliant les dégâts que laissera la crise sur les gens, leurs comportements, leur imaginaire, leur conception du monde. Même si l’époque que nous vivons ne peut être comparée aux années d’apocalypse qui ont suivi 1929 (raccourci facile dont certains media ont abusé), elles ont en commun de remettre en cause certains fondements de la société. De bousculer les valeurs. Et de laisser le citoyen moralement désemparé. Les dégâts touchent nos institutions les plus stables qui ressemblent de plus en plus au Hollandais volant, ce vaisseau fantôme qui errait sur les océans avant de disparaître dans les profondeurs mystérieuses de la mer des Sargasses. La justice belge, par exemple, balayée par les hoquets du procès Fortis. Les yeux bandés, Thémis, descendue du sommet du temple babylonien où l’avait collée Léopold II, fauche aveuglément de son épée tout ce qui l’entoure : hauts magistrats, avocats, jusqu’au président de la chambre flamande de la cour de cassation, dont on a toujours salué la rigueur et l’intégrité. Ne dirait-on pas que ce climat d’égarement pèse même sur des querelles éthiques comme celles du port du voile ? L’opposition des uns de voir notre société « submergée » par des valeurs qu’ils ne partagent pas. L’affirmation des autres de leur différence, de leurs « racines ». L’attachement des uns à l’importance des acquis de la société occidentale laïque. Et des autres à des emblèmes religieux qui les rassurent. Dans ces échanges d’arguments, on lit surtout la peur des uns et des autres. Encore un signe de la crise. Quant aux responsables de ce chaos, qu’en pensent-ils ? Le retour de l’ancien patron de Fortis, Maurice Lippens, fait plaisir à voir. Après avoir quitté le navire dès que la tempête s’est levée, il est parti se reposer sur la terre ferme abandonnant son navire, le Belgo-Hollandais volant, qui aurait coulé à pic sans les efforts du gouvernement pour en reprendre le gouvernail (pour une fois que l’on peut lancer une bouée à nos ministres, ne faisons pas la fine bouche !) Et lui de proclamer quel bon capitaine il a été, mille millions de mille sabords ! A part une petite faute de communication », reconnaît-il du bout des lèvres : lorsque le bateau a commencé à sombrer, il a oublié de crier : « Sauve qui peut ! Le vin et le pastis d’abord ! » Préférant laisser l’orchestre jouer pendant qu’il filait à l’anglaise. Le G20 proclame des règles vertueuses, Mr Lippens défend sa propre vertu dans les journaux. Mais les marins le savent : c’et la solidarité entre les hommes qui fait avancer le bateau ; pas le chacun pour soi.

Posts récents

Voir tout

NOUVEAU SITE

Cela fait de longues années que ce blog n’a pas été mis à jour. Non que ce soit une obligation ; mais là, vraiment, il était temps. Il n’y aura plus de nouveaux articles sur ce site. Je vous invite à

michaël, l’espiègle

Dans une belle lettre d’adieu à son coéquipier Michael Goolaerts, le triple champion du monde de cyclo-cross Wout Van Aert écrit qu’il ne faudra jamais oublier Michael, ce gars espiègle avec son étern

Anvers et contre tout

Anvers est loin de Vérone. Sous le balcon de Juliette, l’histoire d’amour était dramatique mais simple. Dans la métropole pluvieuse, la tragédie a tourné au Grand-Guignol. La Belgique est une terre de