Le monde comme il ne s’en va pas encore, 58

Donc, le Parti Pirate n’a jamais fait que tripler sa représentation au Parlement islandais lors des élections de samedi dernier, et ce serait un échec ? C’est qu’il n’aurait pas réussi la « percée escomptée », voire « attendue » par des sondages qui le créditaient de 20% (il en a obtenu 14,5), ni su mener au bout l’accord préélectoral avec plusieurs autres partis (écologiste, de gauche radicale et social-démocrate) pour former une coalition majoritaire. Question d’angle, probablement…

Au lieu de quoi, c’est le Parti de l’Indépendance (Conservateur) qui l’emporte : mené par un Ministre des Finances pourtant cité dans les Panama Papers, il a joué sur la peur du « changement et de l’inexpérience » et mis en avant des résultats économiques brillants (notamment grâce au tourisme) qui a permis à la coalition sortante d’octroyer des allègements fiscaux, dont les classes moyennes ont profité. Il semble d’ailleurs que cette conjoncture  suscite une fièvre de consommation à crédit qui rappelle la frénésie ayant précedé le krach du pays en 2008. Sans variation d’angle, manifestement…

Posts récents

Voir tout