Le monde comme il s’en va, 10,1,2

La tête à la fête…

Bien sûr, on rétorquera qu’il faut contextualiser, qu’il est mesquin d’isoler une phrase dans une déclaration plus générale, qu’il est important de prouver que, après l’annus horribilis que Bruxelles a traversée, « nous sommes toujours debout », et autres éléments de langage.

Mais, quand le Bourgmestre Mayeur dit, pour lancer le programme des « Plaisirs d’hiver » organisés par la Ville, que « l’arrivée de l’hiver est une très bonne nouvelle », on se dit qu’un sans-abri, couché pour la nuit devant un chalet participant aux festivités, pourra lui reprocher d’être coupé des réalités, partant du principe que sa voix compte aussi…

0 vue0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Le monde comme il s’en va, 10,3,2

Pascale Peraïta revient… Selon La Libre, l’ancienne Présidente du CPAS de Bruxelles va interrompre son conge sans solde et réintégrer, dès vendredi 6 octobre, son poste de directrice générale du Samus

Le monde comme il s’en va, 10,3

… Que Peraïta revienne à la direction du Samu Social… Oui, cela semble impossible. Et pourtant : cela n’a rien de  « surréaliste », sachant en outre qu’on n’est pas ici dans une question de morale, d

Le monde comme il s’en va, 74

Si sa mort est passée vite dans le champ médiatique, il faut quand même se souvenir que Jerry Lewis a été le seul acteur dans toute l’histoire du cinéma qui, étant complètement ligoté et incapable de