Le monde comme il s’en va, 11,13

Cary Fowler, un militant environnentaliste, a créé, dans un bâtiment à Svalvand, en Norvège, au coeur d’une montagne gelée, une sorte de banque mondiale de semences, où il a déjà stocké un million de variétés uniques des principales plantes alimentaires. On imagine les difficultés de toutes sortes rencontrées pour constituer une sorte de patrimoine végétal, à destination des générations futures. Mais sans doute n’avait-on pas anticipé celle-ci :

« Il m’est arrivé de devoir être sous protection en raison d’intimidations, selon lesquelles mon projet était de détruire le monde ou ce genre de choses. Le monde est devenu si cynique que, si vous allez dans l’Arctique et que vous installez une réserve de semences dans ce lieu éloigné et inhabituel, de nombreuses personnes ne pourront pas imaginer que vous le faites pour le bien commun. Il y aura forcément quelque chose derrière, forcément une mauvaise intention. Et c’est assez triste. »

Cela confirme à quel point le « bien commun », de nos jours, est aussi mystérieux que ce lieu perdu dans les glaces de l’Arctique et à l’accès très surveillé.

Posts récents

Voir tout