Le monde comme il s’en va, 11,16

C’est peu dire que Bette Davis et Joan Crawford, deux actrices de l’âge d’or d’Hollywood, se détestaient. A chaque occasion, elles s’envoyaient des piques, et, infatigablement, reprenaient la lutte après chaque coup encaissé, peu importe son intensité. Jusqu’au jour où Bette Davis a eu le dernier mot. Elle a accueilli le décès de sa rivale, en 1977, comme une libération, en déclarant : « On ne doit pas dire du mal des morts, seulement du bien. Joan Crawford est décédée. C’est bien ».

0 vue0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Pascale Peraïta revient… Selon La Libre, l’ancienne Présidente du CPAS de Bruxelles va interrompre son conge sans solde et réintégrer, dès vendredi 6 octobre, son poste de directrice générale du Samus

… Que Peraïta revienne à la direction du Samu Social… Oui, cela semble impossible. Et pourtant : cela n’a rien de  « surréaliste », sachant en outre qu’on n’est pas ici dans une question de morale, d

Si sa mort est passée vite dans le champ médiatique, il faut quand même se souvenir que Jerry Lewis a été le seul acteur dans toute l’histoire du cinéma qui, étant complètement ligoté et incapable de