Le monde comme il s’en va, 11, 7

L’époque produit des « professionnels » de ce genre (dans Le Monde) :

« C’est très important de savoir à quoi ils ressemblent. La première chose que je regarde, c’est s’ils ne sont pas gros ! Les gros, je ne les envoie pas en Europe. Un gros, il ne peut pas marcher longtemps, il est lent, il consomme beaucoup d’eau et mange énormément. C’est très difficile de le dissimuler à l’arrière d’un camion ou dans le faux fond d’un bus. Il te fait prendre des risques et perdre de l’argent ». Tout cela est proféré du ton neutre et détaché d’un expert en assurances. Pour Monsieur Amine, le poids du client est une donnée technique ».

Et d’autres qui seront cités également… Et c’est vrai que, pour décrire leurs « étranges travaux », ces « professionnels » adoptent le plus souvent le « ton neutre et détaché » qui les feront passer pour de simples courtiers de l’ignoble…

0 vue0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Le monde comme il s’en va, 10,3,2

Pascale Peraïta revient… Selon La Libre, l’ancienne Présidente du CPAS de Bruxelles va interrompre son conge sans solde et réintégrer, dès vendredi 6 octobre, son poste de directrice générale du Samus

Le monde comme il s’en va, 10,3

… Que Peraïta revienne à la direction du Samu Social… Oui, cela semble impossible. Et pourtant : cela n’a rien de  « surréaliste », sachant en outre qu’on n’est pas ici dans une question de morale, d

Le monde comme il s’en va, 74

Si sa mort est passée vite dans le champ médiatique, il faut quand même se souvenir que Jerry Lewis a été le seul acteur dans toute l’histoire du cinéma qui, étant complètement ligoté et incapable de