Le monde comme il s’en va, 11, 8

Un autre genre de « professionnel » que produit cette époque : mais celui-ci éprouve quelques scrupules – sans pour autant émettre des réserves – et une angoisse très claire : « J’ai dû virer plusieurs milliers de personnes depuis le début de ma carrière (dans la restructuration des entreprises). J’essaie de ne pas trop y penser. Comment en arrive-t-on à faire ce métier sans penser qu’on est un salaud ? Avec le temps, j’ai appris à me protéger. Et je me dis que je préfère que cela soit fait par moi, car cela se fait à peu près humainement. Mais ma hantise est de croiser une personne que j’ai fait partir. Ou, pire, de virer quelqu’un que j’ai déjà licencié ».

Bien entendu, que, avec celui-là, cela « se fait à peu près humainement » est invérifiable. Et c’est vrai que, pour ne pas penser être un « salaud », il faut parfois simplement avoir de la chance…

Posts récents

Voir tout