Le monde comme il s’en va, 11, 8

Un autre genre de « professionnel » que produit cette époque : mais celui-ci éprouve quelques scrupules – sans pour autant émettre des réserves – et une angoisse très claire : « J’ai dû virer plusieurs milliers de personnes depuis le début de ma carrière (dans la restructuration des entreprises). J’essaie de ne pas trop y penser. Comment en arrive-t-on à faire ce métier sans penser qu’on est un salaud ? Avec le temps, j’ai appris à me protéger. Et je me dis que je préfère que cela soit fait par moi, car cela se fait à peu près humainement. Mais ma hantise est de croiser une personne que j’ai fait partir. Ou, pire, de virer quelqu’un que j’ai déjà licencié ».

Bien entendu, que, avec celui-là, cela « se fait à peu près humainement » est invérifiable. Et c’est vrai que, pour ne pas penser être un « salaud », il faut parfois simplement avoir de la chance…

0 vue0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Le monde comme il s’en va, 10,3,2

Pascale Peraïta revient… Selon La Libre, l’ancienne Présidente du CPAS de Bruxelles va interrompre son conge sans solde et réintégrer, dès vendredi 6 octobre, son poste de directrice générale du Samus

Le monde comme il s’en va, 10,3

… Que Peraïta revienne à la direction du Samu Social… Oui, cela semble impossible. Et pourtant : cela n’a rien de  « surréaliste », sachant en outre qu’on n’est pas ici dans une question de morale, d

Le monde comme il s’en va, 74

Si sa mort est passée vite dans le champ médiatique, il faut quand même se souvenir que Jerry Lewis a été le seul acteur dans toute l’histoire du cinéma qui, étant complètement ligoté et incapable de