Le monde comme il s’en va, 11,8,5

Il y a aussi de futurs professionnels, dont la vocation s’est parfois amorcée en empruntant d’étranges chemins :

« Le père de Philip Glass était disquaire. Depuis des années, il ne parvenait pas à écouler les oeuvres d’Arnold Schonberg qu’il avait dans son magasin. Un jour, il décide de les écouter, pour tenter de percer les raisons de cet insuccès. Tandis qu’il écoute sans comprendre dans son salon, son fils, qui s’en inspirera, caché dans un recoin écoute Schönberg depuis le couloir »

1 vue0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Le monde comme il s’en va, 10,3,2

Pascale Peraïta revient… Selon La Libre, l’ancienne Présidente du CPAS de Bruxelles va interrompre son conge sans solde et réintégrer, dès vendredi 6 octobre, son poste de directrice générale du Samus

Le monde comme il s’en va, 10,3

… Que Peraïta revienne à la direction du Samu Social… Oui, cela semble impossible. Et pourtant : cela n’a rien de  « surréaliste », sachant en outre qu’on n’est pas ici dans une question de morale, d

Le monde comme il s’en va, 74

Si sa mort est passée vite dans le champ médiatique, il faut quand même se souvenir que Jerry Lewis a été le seul acteur dans toute l’histoire du cinéma qui, étant complètement ligoté et incapable de