Le monde comme il s’en va, 14,10

En fin de compte, Donald Trump a « corrigé » sa formule du troisième et dernier non-débat qui l’opposait à Hillary Clinton, quand il s’est refusé à dire s »il accepterait le verdict des élections. Il a précisé ensuite que, ce résultat, il l’accepterait s’il gagnait. Pas vraiment une nuance, sachant qu’un Trump ne fait pas dans la nuance, et semble même ignorer à quoi cela pourrait ressembler….


trump gore

Mais cette prise de position est parfaitement en phase avec le reste de sa « production », si l’on se place un instant dans la logique à l’envers qui l’anime. Si, selon lui, l’élection du 8 novembre est « truquée », pourquoi devrait-il en « accepter » le résultat ? Trump est dans cette logique particulière bien décrite dans cette formule attribuée à Sam Peckinpah : « Même les paranoïaques doivent bien avoir quelques ennemis… »

0 vue0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Le monde comme il s’en va, 10,3,2

Pascale Peraïta revient… Selon La Libre, l’ancienne Présidente du CPAS de Bruxelles va interrompre son conge sans solde et réintégrer, dès vendredi 6 octobre, son poste de directrice générale du Samus

Le monde comme il s’en va, 10,3

… Que Peraïta revienne à la direction du Samu Social… Oui, cela semble impossible. Et pourtant : cela n’a rien de  « surréaliste », sachant en outre qu’on n’est pas ici dans une question de morale, d

Le monde comme il s’en va, 74

Si sa mort est passée vite dans le champ médiatique, il faut quand même se souvenir que Jerry Lewis a été le seul acteur dans toute l’histoire du cinéma qui, étant complètement ligoté et incapable de