Le monde comme il s’en va, 14,11

On sait désormais ce que Donald Trump dira au lendemain de l’élection du 8 novembre. S’inscrivant dans la logique de sa dernière déclaration : « Si cela ne tenait qu’à moi (!), il faudrait annuler l’élection et me proclamer vainqueur », well, il lui suffira, même en cas de défaite, de se proclamer vainqueur.

Facile, et bigrement utile : cela lui permettra de proclamer qu’il n’est pas arrivé second, de ne pas devoir reconnaître la victoire de sa rivale, d’exorciser sa hantise et celle d’un grand nombre de ses électeurs d’être battu par une femme, et aussi de déverser des soupçons de truquage sur un scrutin dont il ne serait pas sorti vainqueur.

Tout profit…

Posts récents

Voir tout