Le monde comme il s’en va, 14,12

De l’autre côté, Hillary Clinton reçoit depuis des mois le même boomerang dans la figure. L’affaire de sa messagerie et de ses e-mails (on lui reproche l’usage discrétionnaire d’un serveur privé quand elle était Secrétaire d’Etat entre 2009 et 2012) la suit à la trace. La persévérance de ce vent contraire aura-t-elle raison de sa détermination à devenir Présidente des Etats-Unis ? On ne peut l’exclure.

A cet égard, on ne peut manquer de faire un parallèle avec son mari, qu’on appelait Teflon Bill, tant rien ne pouvait jamais s’accrocher à lui – quoique, tout de même, il a échappé de peu à un impeachment déshonorant au moment de l’affaire Lewinski -, tandis que son talent oratoire accrochait le public. Ici, c’est le contraire : tandis que l’ex-Première Dame ne parvient pas à se débarrasser pour de bon de ses casseroles, rien de ce qu’elle dit n’est retenu durablement – il est vrai qu’il n’est sûrement pas simple de débattre avec le non-débatteur patenté qu’est Trump.

La réalité, c’est que Clinton a multiplié les erreurs stratégiques dans sa mauvaise campagne : si elle est élue, ce sera en grande partie grâce à l’aversion que produit son adversaire, dont on s’accorde pour stigmatiser le côté incontrôlable et inculte, sur l’électorat modéré et sur les communautés (les femmes, les afro-américains, les latinos). Et ce sera sa responsabilité, en cas de malheur, d’avoir ouvert la route à rien de moins que Donald Trump et à tout ce qu’il amènerait dans ses bagages…

0 vue0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Le monde comme il s’en va, 10,3,2

Pascale Peraïta revient… Selon La Libre, l’ancienne Présidente du CPAS de Bruxelles va interrompre son conge sans solde et réintégrer, dès vendredi 6 octobre, son poste de directrice générale du Samus

Le monde comme il s’en va, 10,3

… Que Peraïta revienne à la direction du Samu Social… Oui, cela semble impossible. Et pourtant : cela n’a rien de  « surréaliste », sachant en outre qu’on n’est pas ici dans une question de morale, d

Le monde comme il s’en va, 74

Si sa mort est passée vite dans le champ médiatique, il faut quand même se souvenir que Jerry Lewis a été le seul acteur dans toute l’histoire du cinéma qui, étant complètement ligoté et incapable de