Le monde comme il s’en va, 14,15

On approche de la résolution de l’énigme en lisant ceci (de Jeffrey Eugenides, écrivain : « Si au moins il s’entourait de gens raisonnables ! Mais évidemment, personne de raisonnable ne l’a soutenu. On sait très bien qu’il ne fera pas le boulot, il ne sait pas ce qu’il fait, il ne travaille pas. Tout ce qui fait sens normalement a été évacué dans cette campagne, toutes les normes ont été bousculées. Tous les faits ont été ignorés, bafoués. Trump montait sur scène et parlait de la faiblesse de notre armée (américaine) !… C’était comme vivre dans un film de science-fiction. Rien ne collait à la réalité.  Cette élection est une mise en accusation de la capacité humaine à raisonner ».

Ou alors, il faudrait conclure que la question est insoluble depuis l’apparition du premier démagogue…

0 vue0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Le monde comme il s’en va, 10,3,2

Pascale Peraïta revient… Selon La Libre, l’ancienne Présidente du CPAS de Bruxelles va interrompre son conge sans solde et réintégrer, dès vendredi 6 octobre, son poste de directrice générale du Samus

Le monde comme il s’en va, 10,3

… Que Peraïta revienne à la direction du Samu Social… Oui, cela semble impossible. Et pourtant : cela n’a rien de  « surréaliste », sachant en outre qu’on n’est pas ici dans une question de morale, d

Le monde comme il s’en va, 74

Si sa mort est passée vite dans le champ médiatique, il faut quand même se souvenir que Jerry Lewis a été le seul acteur dans toute l’histoire du cinéma qui, étant complètement ligoté et incapable de