Le monde comme il s’en va, 14,8

Donald Trump a dû s’excuser après la diffusion de propos machistes, captés à son insu lors d’une conversation dans un bus, en invoquant le fait que ces propos « ne correspondent pas à ce (que je suis) ».

Mais justement, à quoi peuvent bien correspondre ses saillies continuelles ?

Cela rappelle le mot d’un député conservateur britannique, qui avouait son échec à cerner un ancien Premier Ministre, en avançant que « définir Tony Blair, ce serait aussi difficile que de punaiser de la gelée sur un mur ». Naturellement, avec Trump, ce ne serait pas le même support, ni la même matière – celle-ci devant forcément être plus brunâtre…

Et maintenant, place au deuxième non-débat contre sa rivale démocrate…

0 vue0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Le monde comme il s’en va, 10,3,2

Pascale Peraïta revient… Selon La Libre, l’ancienne Présidente du CPAS de Bruxelles va interrompre son conge sans solde et réintégrer, dès vendredi 6 octobre, son poste de directrice générale du Samus

Le monde comme il s’en va, 10,3

… Que Peraïta revienne à la direction du Samu Social… Oui, cela semble impossible. Et pourtant : cela n’a rien de  « surréaliste », sachant en outre qu’on n’est pas ici dans une question de morale, d

Le monde comme il s’en va, 74

Si sa mort est passée vite dans le champ médiatique, il faut quand même se souvenir que Jerry Lewis a été le seul acteur dans toute l’histoire du cinéma qui, étant complètement ligoté et incapable de