Le monde comme il s’en va, 14,8

Donald Trump a dû s’excuser après la diffusion de propos machistes, captés à son insu lors d’une conversation dans un bus, en invoquant le fait que ces propos « ne correspondent pas à ce (que je suis) ».

Mais justement, à quoi peuvent bien correspondre ses saillies continuelles ?

Cela rappelle le mot d’un député conservateur britannique, qui avouait son échec à cerner un ancien Premier Ministre, en avançant que « définir Tony Blair, ce serait aussi difficile que de punaiser de la gelée sur un mur ». Naturellement, avec Trump, ce ne serait pas le même support, ni la même matière – celle-ci devant forcément être plus brunâtre…

Et maintenant, place au deuxième non-débat contre sa rivale démocrate…

Posts récents

Voir tout