Le monde comme il s’en va, 2

N’importe où. N’importe quand. N’importe qui. Par n’importe qui. N’importe comment – pourvu qu’on répande la terreur et la mort, que cela tourne au carnage, au massacre de « mécréants » et d' »infidèles ». Avec n’importe quel type d’arme, ce qui se trouve sous la main – hache, couteau, camion, machette, ceinture d’explosifs, arme de poing : en attendant le gaz ? Peu importe : Daesch revendiquera. L’auto-proclamé « Etat Islamique » est devenu un label, qu’il dépose sur un nouvel attentat comme s’il attestait une marque de fabrique ou garantissait qu’une nouvelle « action » a été exécutée conformément à ses instructions : comme s’il recrutait des émules au-delà de la mort. La seule surprise, à ce stade, serait que Daesch démente quoi que ce soit.

0 vue0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Le monde comme il s’en va, 10,3,2

Pascale Peraïta revient… Selon La Libre, l’ancienne Présidente du CPAS de Bruxelles va interrompre son conge sans solde et réintégrer, dès vendredi 6 octobre, son poste de directrice générale du Samus

Le monde comme il s’en va, 10,3

… Que Peraïta revienne à la direction du Samu Social… Oui, cela semble impossible. Et pourtant : cela n’a rien de  « surréaliste », sachant en outre qu’on n’est pas ici dans une question de morale, d

Le monde comme il s’en va, 74

Si sa mort est passée vite dans le champ médiatique, il faut quand même se souvenir que Jerry Lewis a été le seul acteur dans toute l’histoire du cinéma qui, étant complètement ligoté et incapable de