Le monde comme il s’en va, 24,11

Avec Fillon, il s’agira de filer droit…

Pas à dire, c’est vraiment ce qu’on attendait, c’est exactement ce qui manquait : un programme qui s’articule autour de la sempiternelle trinité : famille, identité, libéralisme : c’est-à-dire trois modèles traditionnels qui n’admettent pas grand-chose à côté d’eux…

En tout cas, on peut d’ores et déjà dire que François Fillon, au contraire d’un ancien Premier Ministre, est « un austère qui ne se marre pas », et qui ne fera pas marrer grand-monde. Là-dessus, les 13 candidats, avoués, inavoués ou putatifs de la gauche française tomberont d’accord à l’unanimité : même si c’est lui qui, comme Sarkozy en 2007, cite sans vergogne Antonio Gramsci, théoricien communiste, qui proclamait qu' »il n’y a pas de victoire électorale sans victoire idéologique ».

0 vue0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Le monde comme il s’en va, 10,3,2

Pascale Peraïta revient… Selon La Libre, l’ancienne Présidente du CPAS de Bruxelles va interrompre son conge sans solde et réintégrer, dès vendredi 6 octobre, son poste de directrice générale du Samus

Le monde comme il s’en va, 10,3

… Que Peraïta revienne à la direction du Samu Social… Oui, cela semble impossible. Et pourtant : cela n’a rien de  « surréaliste », sachant en outre qu’on n’est pas ici dans une question de morale, d

Le monde comme il s’en va, 74

Si sa mort est passée vite dans le champ médiatique, il faut quand même se souvenir que Jerry Lewis a été le seul acteur dans toute l’histoire du cinéma qui, étant complètement ligoté et incapable de