Le monde comme il s’en va, 24,11

Avec Fillon, il s’agira de filer droit…

Pas à dire, c’est vraiment ce qu’on attendait, c’est exactement ce qui manquait : un programme qui s’articule autour de la sempiternelle trinité : famille, identité, libéralisme : c’est-à-dire trois modèles traditionnels qui n’admettent pas grand-chose à côté d’eux…

En tout cas, on peut d’ores et déjà dire que François Fillon, au contraire d’un ancien Premier Ministre, est « un austère qui ne se marre pas », et qui ne fera pas marrer grand-monde. Là-dessus, les 13 candidats, avoués, inavoués ou putatifs de la gauche française tomberont d’accord à l’unanimité : même si c’est lui qui, comme Sarkozy en 2007, cite sans vergogne Antonio Gramsci, théoricien communiste, qui proclamait qu' »il n’y a pas de victoire électorale sans victoire idéologique ».

0 vue0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Pascale Peraïta revient… Selon La Libre, l’ancienne Présidente du CPAS de Bruxelles va interrompre son conge sans solde et réintégrer, dès vendredi 6 octobre, son poste de directrice générale du Samus

… Que Peraïta revienne à la direction du Samu Social… Oui, cela semble impossible. Et pourtant : cela n’a rien de  « surréaliste », sachant en outre qu’on n’est pas ici dans une question de morale, d

Si sa mort est passée vite dans le champ médiatique, il faut quand même se souvenir que Jerry Lewis a été le seul acteur dans toute l’histoire du cinéma qui, étant complètement ligoté et incapable de