Le monde comme il s’en va, 24,12

Un seul homme a parlé, et tout…

François Hollande courait le risque, non seulement d’être absent du second tour de la présidentielle, mais aussi du premier de celle-ci, et encore du second tour de la primaire de la gauche : le chemin de croix eût été vraiment trop long…

Désormais, il peut défendre et faire réévaluer son bilan, voir sa cote de popularité remonter, voire peser sur un scrutin qui se fera sans lui, et prouver à quel point, en fin de compte, par effet de miroir, la gauche continue à se diviser même en son absence. Car, loin de fédérer, la déclaration de candidature d’un Manuel Valls (5%, pas davantage, à la primaire socialiste de 2011) va cristalliser les clivages et sans doute susciter des candidatures non encore déclarées : et c’est bien normal, puisque Valls, outre ses inclinations sécuritaires, est même prêt à liquider son propre parti et à lui donner un autre nom pour le fonder dans un ensemble où il perdrait sa (relative) spécificité…

Qui disait que François Hollande avait un problème d’incarnation ? Au contraire, durant toute la campagne qui s’annonce, il sera très difficile de s’en débarrasser…

0 vue0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Le monde comme il s’en va, 10,3,2

Pascale Peraïta revient… Selon La Libre, l’ancienne Présidente du CPAS de Bruxelles va interrompre son conge sans solde et réintégrer, dès vendredi 6 octobre, son poste de directrice générale du Samus

Le monde comme il s’en va, 10,3

… Que Peraïta revienne à la direction du Samu Social… Oui, cela semble impossible. Et pourtant : cela n’a rien de  « surréaliste », sachant en outre qu’on n’est pas ici dans une question de morale, d

Le monde comme il s’en va, 74

Si sa mort est passée vite dans le champ médiatique, il faut quand même se souvenir que Jerry Lewis a été le seul acteur dans toute l’histoire du cinéma qui, étant complètement ligoté et incapable de