Le monde comme il s’en va, 24,3

Sarkozy. Il faut bien en passer par lui, puisque, à grands coups de « J’ai changé » et de « sacrifice de sa personne », il est candidat à l’élection présidentielle de 2017.  Il va falloir résister à la tentation de commenter la moindre de ses déclarations, qui vont aller dans tous les sens pour occuper tous les terrains et s’adapter à tous les publics, à sa manière habituelle.

Parfois, on a même tendance à ne pas croire, au premier abord, qu’il ait pu balancer telle affirmation. Par exemple, il aurait déclaré devant un aréopage de chefs d’entreprise : « Il faut être arrogant comme l’Homme pour penser que c’est nous qui avons changé le climat ». Si l’on passe outre à l’hypothèse d’un basculement soudain dans la philosophie de l’absurde, on aurait pu croire à une hallucination collective, ou à une perte d’audition momentanée de toute l’assistance ; et puis, ses propos ont été confirmés.

C’est bien le problème avec le processus des primaires engagé à gauch à droite : il y a tellement de candidats qu’on ne prendra plus la peine de lire les programmes, pour les distinguer l’un de l’autre ; et on se reporte donc à leurs déclarations, qui se doivent de verser dans la surenchère ou le contre-pied  pour capter l’attention. Ici, est-ce parce que Hollande a signé la COP21 que Sarkozy fait entendre une voix discordante ? Est-ce pour s’aligner sur la position de Donald Trump qui, s’il est élu, retirera les Etats-Unis de cet accord de Paris ? Ou pour fustiger le « politiquement correct » et la « boboïsation des esprits » ? Bien arrogant qui pourrait le dire…

0 vue0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Le monde comme il s’en va, 10,3,2

Pascale Peraïta revient… Selon La Libre, l’ancienne Présidente du CPAS de Bruxelles va interrompre son conge sans solde et réintégrer, dès vendredi 6 octobre, son poste de directrice générale du Samus

Le monde comme il s’en va, 10,3

… Que Peraïta revienne à la direction du Samu Social… Oui, cela semble impossible. Et pourtant : cela n’a rien de  « surréaliste », sachant en outre qu’on n’est pas ici dans une question de morale, d

Le monde comme il s’en va, 74

Si sa mort est passée vite dans le champ médiatique, il faut quand même se souvenir que Jerry Lewis a été le seul acteur dans toute l’histoire du cinéma qui, étant complètement ligoté et incapable de