Le monde comme il s’en va, 24,3

Sarkozy. Il faut bien en passer par lui, puisque, à grands coups de « J’ai changé » et de « sacrifice de sa personne », il est candidat à l’élection présidentielle de 2017.  Il va falloir résister à la tentation de commenter la moindre de ses déclarations, qui vont aller dans tous les sens pour occuper tous les terrains et s’adapter à tous les publics, à sa manière habituelle.

Parfois, on a même tendance à ne pas croire, au premier abord, qu’il ait pu balancer telle affirmation. Par exemple, il aurait déclaré devant un aréopage de chefs d’entreprise : « Il faut être arrogant comme l’Homme pour penser que c’est nous qui avons changé le climat ». Si l’on passe outre à l’hypothèse d’un basculement soudain dans la philosophie de l’absurde, on aurait pu croire à une hallucination collective, ou à une perte d’audition momentanée de toute l’assistance ; et puis, ses propos ont été confirmés.

C’est bien le problème avec le processus des primaires engagé à gauch à droite : il y a tellement de candidats qu’on ne prendra plus la peine de lire les programmes, pour les distinguer l’un de l’autre ; et on se reporte donc à leurs déclarations, qui se doivent de verser dans la surenchère ou le contre-pied  pour capter l’attention. Ici, est-ce parce que Hollande a signé la COP21 que Sarkozy fait entendre une voix discordante ? Est-ce pour s’aligner sur la position de Donald Trump qui, s’il est élu, retirera les Etats-Unis de cet accord de Paris ? Ou pour fustiger le « politiquement correct » et la « boboïsation des esprits » ? Bien arrogant qui pourrait le dire…

Posts récents

Voir tout