Le monde comme il s’en va, 24,5

Ce n’est vraiment pas difficile.

Nicolas Sarkozy est un tueur.

Rien ni personne n’existe en-dehors de lui, et il compte bien le démontrer dans les mois qui viennent. Il va donc torpiller n’importe quel candidat qui lui est opposé, par exemple lors de la primaire, qui désignera le candidat de la droite « classique » et de gouvernement, pour l’élection présidentielle de 2017. Cela ne peut être que lui. Et si ce n’est pas lui qui est désigné, eh bien il torpillera le candidat de son propre camp (ouvertement ou en sous-main), en le déclarant trop mou ou trop modéré – a fortiori au vu de ses prises de position récentes et incessantes, et de sa capacité à créer de toutes pièces des polémiques pour rester au centre de l’attention et pour se proclamer « maître de l’agenda »

D’aucuns considèrent que sa suggestion d’introduire le principe de précaution pour la lutte contre le terrorisme, et donc pour la sécurité des Français, c’est-à-dire, concrètement, que « tout Français suspecté d’être lié au terrorisme (doit faire) l’objet d’un placement dans un centre de rétention fermé », est une remise en cause du principe même de l’Etat de Droit, puisqu’il supprimerait la présomption d’innocence, le droit à un procès équitable et l’obligation de ne condamner que pour un crime ou un délit explicitement prévus par la loi. Ce ne sont que des niais ou des bonnes consciences désormais dépassées, et qu’il s’agira de torpiller comme les autres. En réalité, Sarkozy ne veut laisser personne en sécurité…

Sa réélection serait à ce prix, et les autres devront le payer…

0 vue0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Le monde comme il s’en va, 10,3,2

Pascale Peraïta revient… Selon La Libre, l’ancienne Présidente du CPAS de Bruxelles va interrompre son conge sans solde et réintégrer, dès vendredi 6 octobre, son poste de directrice générale du Samus

Le monde comme il s’en va, 10,3

… Que Peraïta revienne à la direction du Samu Social… Oui, cela semble impossible. Et pourtant : cela n’a rien de  « surréaliste », sachant en outre qu’on n’est pas ici dans une question de morale, d

Le monde comme il s’en va, 74

Si sa mort est passée vite dans le champ médiatique, il faut quand même se souvenir que Jerry Lewis a été le seul acteur dans toute l’histoire du cinéma qui, étant complètement ligoté et incapable de