Le monde comme il s’en va, 36

A moins que ce ne soit une indéchiffrable manifestation d’humour noir, l’éditorial du mercredi 7 septembre dans Le Soir (Cher Douglas, Dear Douglas) est l’exemple même du fort courant d’eau tiède de mise dans la plupart des commentaires des journaux – alors que, en l’occurrence, la douche est si froide…. L’éditorialiste en chef adresse une sorte de supplique au CEO de Caterpillar, un Douglas R. Oberhelman., pour qu’il « témoigne du respect – « on ne vous demande même pas de la compassion », c’est dire – pour les 2.200 personnes, plus tous les sous-traitants de (son) usine de Gosselies ». Venir « assumer » ? Montrer un « visage humain » ? Sortir de l’anonymat ou de la défausse sur des exécutants qui anônnent des « impératifs légaux » pour ne pas paraître et s’expliquer devant les députés belges ? Bref, se rapprocher alors qu’on est dans un si confortable éloignement ? Et surtout renoncer à la « logique » si différente qui permet justement ce genre de saignée « dans l’intérêt de l’entreprise » ? Oublie… A ce stade, la piste de la récupération du site, de l’outil et des bâtiments est autrement plus porteuse. Même l’éditorialiste en chef en question devrait y souscrire sans vaines lamentations…

0 vue0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Le monde comme il s’en va, 10,3,2

Pascale Peraïta revient… Selon La Libre, l’ancienne Présidente du CPAS de Bruxelles va interrompre son conge sans solde et réintégrer, dès vendredi 6 octobre, son poste de directrice générale du Samus

Le monde comme il s’en va, 10,3

… Que Peraïta revienne à la direction du Samu Social… Oui, cela semble impossible. Et pourtant : cela n’a rien de  « surréaliste », sachant en outre qu’on n’est pas ici dans une question de morale, d

Le monde comme il s’en va, 74

Si sa mort est passée vite dans le champ médiatique, il faut quand même se souvenir que Jerry Lewis a été le seul acteur dans toute l’histoire du cinéma qui, étant complètement ligoté et incapable de