Le monde comme il s’en va, 37

Facebook a supprimé la publication, par un quotidien norvégien, de sept photos qui ont changé l’histoire. Pas n’importe quels clichés, par conséquent : et encore moins celui, pris par Nick Ut, d’une petite fille fuyant un raid au napalm pendant la guerre du Vietnam :


Facebook a d’ailleurs récidivé en supprimant un post de la page de la Première Ministre, Erna Solberg, qui s’inquiétait de la polémique et y reproduisait la photo.

Par sa feuille de vigne siglée, et pour se conformer (sous la vigilance d’une version interne d’un Ministère de la Répression du Vice à l’iranienne ?) aux lois américaines, qu’il impose ainsi au reste du monde, Facebook décrète que tous les regards posés sur cette image, et qui y ont vu un symbole les dommages causés par les guerres aux victimes, et singulièrement aux enfants, sont tous erronés ; et qu’il ne faut y voir qu’une petite fille dont on doit dissimuler la nudité – alors que, en même temps (perversion à laquelle aucune censure n’échappe), elle est dévoilée par la focalisation sur le cache omniprésent.

Facebook est revenu sur sa décision de censure. Jusqu’au prochain rendez-vous manqué avec l’histoire ?

Posts récents

Voir tout