Le monde comme il s’en va, 41

Manuela Carmena, l’actuelle maire de Madrid, qui se définit comme « une femme politique occasionnelle », parle un langage qui ne risque pas d’être entendu par des critiques perpétuels et « qui savent ». Elle, qui n’avait comme seule expérience politique que celle du militantisme contre le régime de Franco (mais d’aucuns diraient que c’est la meilleure possible…), ne s’est présentée à l’investiture qu’à la demande d’une coalition regroupant le parti Podemos et une plate-forme de groupements citoyens, et ne demandera pas le renouvellement de son mandat en 2019. Elle reconnaît ouvertement que certaines de ses promesses de campagne ne pourront pas être tenues ; que son équipe a commis des erreurs ; qu’il faut « faire les choses peu à peu, expliquer, se tromper, revenir ; voir la gestion politique comme la gestion des choses de la vie de tout un chacun, où on soupèse, on voit, on réfléchit, on se trompe ». Autant dire une « trahison » et une « improvisation » au regard des médias, et que ceux-ci répercutent péremptoirement dans leurs gros titres. Tant pis. Pour Carmena, l’important est de « planter des graines ». Alors, oui, les pousses de ces graines peuvent être fauchées : les bonnes, certes ; mais aussi les mauvaises…

0 vue0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Le monde comme il s’en va, 10,3,2

Pascale Peraïta revient… Selon La Libre, l’ancienne Présidente du CPAS de Bruxelles va interrompre son conge sans solde et réintégrer, dès vendredi 6 octobre, son poste de directrice générale du Samus

Le monde comme il s’en va, 10,3

… Que Peraïta revienne à la direction du Samu Social… Oui, cela semble impossible. Et pourtant : cela n’a rien de  « surréaliste », sachant en outre qu’on n’est pas ici dans une question de morale, d

Le monde comme il s’en va, 74

Si sa mort est passée vite dans le champ médiatique, il faut quand même se souvenir que Jerry Lewis a été le seul acteur dans toute l’histoire du cinéma qui, étant complètement ligoté et incapable de