Le monde comme il s’en va, 43

Il ne faut surtout pas croire qu’on se contenterait ici de recopier  (voir L’invisible propagande, article paru dans Le Monde du 16 septembre 2016) sans aucun commentaire :

« Deux personnes opposées politiquement, l’une de droite, l’autre de gauche, lancent une recherche Google sur « BP ». La première reçoit, en tête de page, des informations sur les possibilités d’investir dans la British Petroleum, la seconde sur la dernière marée noire qu’a causée la compagnie pétrolière britannique. Les deux requêtes ont donné des réponses diamétralement opposées car ells ont été « filtrées » par Google selon les profils des internautes (…) Le moteur de recherche – recalibré six cents fois par an dans le plus grand secret – passe au crible les comportements en ligne et s’adapte au profil des usagers (…) Le filtrage invisible opéré par les algorithmes des moteurs de recherche, des réseaux sociaux et des entreprises sur les désirs et opinions des internautes (fait craindre) que, en proposant en priorité aux usagers du Web ce qu’ils aiment et pensent déjà, le Net les emprisonne dans un monde égocentré et qu’il les assèche intellectuellement.

« Les algorithmes de Google sélectionnent les résultats présentés en fonction des internautes en s’appuyant sur 57 signaux différents : âge, sexe, dernières recherches, géolocalisation, navigateur utilisé, résolution de l’écran, services visités, fréquence des clics, raccourcis, etc. Tout en prétendant donner aux individus « les moyens de se gouverner eux-mêmes », l’effet miroir des algorithmes les enferme dans un comportementalisme radical et les réduit à leur seul conformisme, les assignant à la reproduction automatique de la société et d’eux-mêmes »

Posts récents

Voir tout