Le monde comme il s’en va, 44,1

Si on tombe toujours des nues, cela veut-il dire que le ciel se dérobe sous les pieds ?

Il paraît que Jean-Claude Juncker, le Président de la Commission Européenne, tient un petit carnet noir, où il « note depuis trente ans chaque fois que quelq’un (le) trompe ». Pour autant, Neelie Kroes en fera-t-elle partie ?

L’ex-Commissaire Européenne à la Concurrence (bref, chargée de la dérégulation et de la déréglementation économiques, notamment dans le secteur de l’énergie), puis vice-présidente de la Commission et Commissaire à la Société Numérique aurait omis de déclarer son implication (jusqu’en 2009) dans une société offshore établie aux Bahamas lors de sa prise de fonction, en 2004. Elle explique avoir été « persuadée de ne plus occuper aucun poste dans l’offshore« , montée pour racheter des actions d’Enron, à l’époque géant américain de … l’énergie (murmures de désapprobation), et invoque la notion (qui pourrait connaître une grande fortune dans un proche avenir) d' »oubli honnête » : mais, en libérale bon teint, elle ne peut s’empêcher aussi de plaider « l’erreur administrative » (rires dans l’assistance), dans la mesure où « sa présence en tant que directrice sur le registre de la société aurait dû être supprimée en 2002 ».

Mais sans doute n’a-t-elle pas eu le temps de vérifier (moqueries diverses) En tout cas, on peut vérifier que la « crise existentielle » de l’Union Européenne est alimentée par les pratiques de ses propres serviteurs (manière de parler…), et que la confusion des genres est omniprésente. Au fait, de quelle couleur est le carnet d’adresses de Neelie Kroes ?

Posts récents

Voir tout