Le monde comme il s’en va, 44,7

Il faut bien que certaines choses soient dites, surtout ce dimanche 4 décembre : selon un diplomatique européen, dans le but de faire gagner le « oui » au référendum de ce dimanche, « depuis septembre, Matteo Renzi s’oppose à toutes les propositions législatives de l’Union, y compris à celles qui sont dans l’intérêt de son pays, comme le renforcement des instruments de défense commerciale ». A sa décharge, il convient de rappeler qu’il est loin d’être le seul à tenter de chevaucher la vague populiste en cours, au lieu de la contenir. Cela ne peut pas fonctionner, naturellement : ces attaques frontales contre l’Union Européenne ne font l’affaire, sinon le lit que de tous ceux qui veulent s’en défaire.

D’ailleurs, on peut bien prétendre que l’UE est « plus résiliente qu’on l’imagine », il est grand temps qu’elle soit perçue comme autre chose qu’une sorte de fatalité, qu’elle résiste à une idéologie et à une orthodoxie du marché, et qu’elle imagine comment dépasser ces arriérations nationalistes.

0 vue0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Le monde comme il s’en va, 10,3,2

Pascale Peraïta revient… Selon La Libre, l’ancienne Présidente du CPAS de Bruxelles va interrompre son conge sans solde et réintégrer, dès vendredi 6 octobre, son poste de directrice générale du Samus

Le monde comme il s’en va, 10,3

… Que Peraïta revienne à la direction du Samu Social… Oui, cela semble impossible. Et pourtant : cela n’a rien de  « surréaliste », sachant en outre qu’on n’est pas ici dans une question de morale, d

Le monde comme il s’en va, 74

Si sa mort est passée vite dans le champ médiatique, il faut quand même se souvenir que Jerry Lewis a été le seul acteur dans toute l’histoire du cinéma qui, étant complètement ligoté et incapable de