Le monde comme il s’en va, 5,2

Dans ‘horripilant », il n’y aurait donc plus « hilarant » ?

Il semble que le style de Boris Johnson, le ministre britannique des Affaires Etrangères « horripile » ses collègues européens. Johnson, cette blague vivante, celui qu’on pourrait qualifier de « public joke » (comme on parle d’une private joke, s’est vu opposer une fin de non-recevoir de son homologue italien à son exigence « d’accéder au marché unique sans la liberté de circulation des personnes » après le Brexit. Certains ne veulent pas être « dans la même pièce » que lui ; d’autres observent qu’il se présente à des réunions « sans avoir lu aucun document préparatoire » ; ou stigmatisent sa « loufoquerie sans limites », sa grossièreté ou son inconsistance (sorry, son inconstance – rires dans la salle).

Tout cela est bien exagéré : Johnson incarne un nouveau genre d’homme politique, sans inhibition et tout en exhibition : une sorte de funambule à l’envers…


0 vue0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Le monde comme il s’en va, 10,3,2

Pascale Peraïta revient… Selon La Libre, l’ancienne Présidente du CPAS de Bruxelles va interrompre son conge sans solde et réintégrer, dès vendredi 6 octobre, son poste de directrice générale du Samus

Le monde comme il s’en va, 10,3

… Que Peraïta revienne à la direction du Samu Social… Oui, cela semble impossible. Et pourtant : cela n’a rien de  « surréaliste », sachant en outre qu’on n’est pas ici dans une question de morale, d

Le monde comme il s’en va, 74

Si sa mort est passée vite dans le champ médiatique, il faut quand même se souvenir que Jerry Lewis a été le seul acteur dans toute l’histoire du cinéma qui, étant complètement ligoté et incapable de