Le monde comme il s’en va, 59,2

Armand De Decker peut bien être un « homme honorable », selon son frère, qui n’a « pas été engagé comme lobbyiste, mais désigné comme avocat pour sa connaissance du système politique belge » : en lisant (à peine) entre les lignes, cela veut dire qu’il a été engagé comme connaisseur des failles éventuelles par lesquelles peut s’infiltrer un avocat, et qu’il peut donc exploiter pour faire gagner la cause de son client, et ainsi la sienne : et cela au besoin en s’insinuant, par la grâce de son carnet d’adresses, auprès de ministres ayant le pouvoir de proposer de faire modifier et élargir une loi, donc en endossant une activité de lobbyiste.

Le même Armand De Decker déclare qu’il a fait gagner 23 millions d’euros à l’Etat belge, fruit de la transaction dont son client kazakh Chodiev s’est acquitté. L’Etat s’y serait donc retrouvé… Mais on pourrait lui rétorquer que, du coup, il a privé l’Etat de poursuites pour rien moins que faux, usage de faux, blanchiment et association de malfaiteurs, pas exactement de minces preventions : activités que lui et d’autres avocats ont donc permis à ce Chodiev de poursuivre ailleurs…

Posts récents

Voir tout