Le monde comme il s’en va, 61,3

Admettons que le Mouvement 5 Etoiles soit, pour ce qui concerne la modicité du coût de ses campagnes électorales, le « easyjet de la politique » (voir la chronique du 24 novembre) ; mais quand, après avoir promis d’en finir avec la corruption et avoir fait de l’honnêteté son cheval de bataille, il accède au pouvoir, par exemple à Rome, ce mouvement supposé low-cost semble coûter aussi cher que les autres à la collectivité, et paie au comptant ses errements. Il n’y avait pas seulement, pour gérer cette grande ville, un mélange d’improvisation et d’amateurisme : il y avait aussi de l’affairisme tamiflu over the counter.

Virginia Raggi, la nouvelle maire, a dû se défaire, ces jours-ci, de plusieurs collaborateurs poursuivis pour corruption et trafic d’influence, après les avoir défendus, contre toute évidence, bec et ongles pendant des mois. Ses bagages étaient déjà légers : les voici lestés des mêmes pratiques ancestrales qu’elle dénonçait avec une si grande éloquence…

1 vue0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Le monde comme il s’en va, 10,3,2

Pascale Peraïta revient… Selon La Libre, l’ancienne Présidente du CPAS de Bruxelles va interrompre son conge sans solde et réintégrer, dès vendredi 6 octobre, son poste de directrice générale du Samus

Le monde comme il s’en va, 10,3

… Que Peraïta revienne à la direction du Samu Social… Oui, cela semble impossible. Et pourtant : cela n’a rien de  « surréaliste », sachant en outre qu’on n’est pas ici dans une question de morale, d

Le monde comme il s’en va, 74

Si sa mort est passée vite dans le champ médiatique, il faut quand même se souvenir que Jerry Lewis a été le seul acteur dans toute l’histoire du cinéma qui, étant complètement ligoté et incapable de