Le pouvoir corrompt

Le pouvoir corrompt ; le pouvoir absolu corrompt absolument.

La célèbre formule attribuée à Winston Churchill est à l’ordre du jour. Pas seulement à propos de l’héroïque mouvement des citoyens tunisiens qui ont réussi à avoir la peau de leur président. En attendant, on l’espère, que la contagion gagne quelques autres dictateurs et monstres variés qui empoisonnent la planète.

Mais les politiciens ne sont pas seuls à être tentés d’abuser de leur autorité. Les juges aussi.

Regardez le comportement du juge d’instruction bruxellois Wim De Troy la semaine dernière.

En arrivant à la prison de Saint-Gilles pour interroger un détenu, monsieur De Troy regarde autour de lui. La rue est sinistre. Il faudrait être fou, se dit-il, pour abandonner sa belle voiture dans un quartier où résident tant de criminels au mètre carré. Imaginons que des détenus s’évadent justement quand il est dans le bâtiment et qu’ils piquent sa petite auto pour favoriser leur fuite? De quoi aura-t-il l’air ? La place de son auto est dans la cour de la prison, décide-t-il, seul endroit sûr de la région.

Malheureusement un bête règlement interdit de laisser pénétrer dans la prison tout autre véhicule que le fourgon cellulaire. Les raisons de ce règlement sont faciles à comprendre même quand on n’a pas fait d’études de droit. Il s’applique à tous. Mais pas au Grand Juge De Troy. Lui plane au-dessus des lois humaines. Et quand on lui résiste, il sort son petit sifflet. Devant la résistance du personnel, sa volonté de ne pas violer le règlement, il n’hésite pas à faire arrêter la directrice de la prison et plusieurs membres de son personnel. Allez ! Au pain sec et à l’eau !

Comme la police de la zone du sud de Bruxelles montre quelque réticence à obéir à ses ordres déments, le juge fait intervenir la police de l’aéroport. Le PJF Airport n’hésite pas, plus habitué à considérer que les ordres sont les ordres. L’obéissance aveugle aux ordres, on a vu dans le passé ce que ça a provoqué. Mais apparemment, les flics de Bruxelles-national ne lisent pas les livres d’histoire. Et n’ont eu aucun état d’âme à flanquer la directrice de la prison entre les sans papiers et quelques criminels internationaux, de quoi lui rafraîchir les idées et lui faire entre dans la tête que dans un pays où il n’y a pas de gouvernement, c’est le juge d’instruction qui est le chef.

Quand on y réfléchit, le juge De Troy a peut-être donné une impulsion extraordinaire à la suite de la carrière de cette directrice.

En Tunisie, le nouveau ministre de la Jeunesse Slim Amamou n’a-t-il pas été propulsé directement de la prison à la tête de son nouveau ministère ? Or en Belgique  où on cherche désespérément des candidats pour former un nouveau gouvernement, il y a là un vivier dans lequel le roi n’a pas encore puisé.

L’attitude du juge De Troy pose plusieurs questions : ne devait-on pas lui retirer son permis de conduire ? Avant d’emmener la directrice et le personnel de la prison en cellule, les flics de Zaventem ont-ils songé à lui faire une prise de sang ? A appeler un psychiatre ?

Mais surtout, son comportement donne une arme inespérée aux avocats de l’église qui dénoncent le déroulement de l’opération Calice.

A l’époque, certains se sont étonnées de l’acharnement du juge De Troy qui avait été jusqu’à introduire des caméras dans le caveau des anciens cardinaux pour s’assurer qu’ils ne dissimulaient pas des preuves.

On s’était dit : voilà un juge consciencieux.

A la lumière des événements de la prison de Saint Gilles, on peut se demander aujourd’hui si cet homme n’est pas guetté par la folie. Le philosophe français Alain disait : « tout pouvoir sans contrôle rend fou ».

Ce n’est pas la première fois qu’on découvre que des juges d’instruction dont les actes ne sont pas soumis à l’appréciation d’un juge indépendant laissés se comportent comme des hommes politiques sans opposition. On se souvient des dérives du juge d’instruction français Fabrice Burgaud qui a mis en prison près de vingt personnes pendant trois ans pour des agressions sexuelles imaginaires dans le cadre de l’affaire d’Outreau. Ou du fiasco de l’affaire KB-Lux.

Les juridictions chargées de contrôler les juges d’instruction, débordées de dossiers, ne contrôlent plus rien du tout. Des juges abandonnés à eux-mêmes perdent le sens commun.

Puisque la NvA demande la régionalisation de la justice, les francophones seraient bien avisés de lui offrir le juge De Troy et de nommer la directrice de la prison de Saint-Gilles ministre de la Justice de Bruxelles-sud.

Posts récents

Voir tout

NOUVEAU SITE

Cela fait de longues années que ce blog n’a pas été mis à jour. Non que ce soit une obligation ; mais là, vraiment, il était temps. Il n’y aura plus de nouveaux articles sur ce site. Je vous invite à

michaël, l’espiègle

Dans une belle lettre d’adieu à son coéquipier Michael Goolaerts, le triple champion du monde de cyclo-cross Wout Van Aert écrit qu’il ne faudra jamais oublier Michael, ce gars espiègle avec son étern

Anvers et contre tout

Anvers est loin de Vérone. Sous le balcon de Juliette, l’histoire d’amour était dramatique mais simple. Dans la métropole pluvieuse, la tragédie a tourné au Grand-Guignol. La Belgique est une terre de