Les Français condamnés par le Tribunal de Guerre du IIIe Reich


C’est un document saisissant et totalement inédit que publie le Cherche Midi en collaboration avec le Ministère de la Défense français. Il est le fruit d’un long travail d’enquête mené par un homme, Auguste Gerhards (décédé en 2010), qui, s’interrogeant sur son oncle, Théodore Gerhards, guillotiné fin octobre 1943 à la suite d’une condamnation par le plus haut tribunal de la Wehrmacht, le Tribunal de Guerre du Reich (RKG), a découvert à Prague des cartons d’archives répertoriant les Français passés devant ce tribunal qui siégea à Berlin puis Torgau entre 1941 et 1945. Soit 260 hommes et femmes de tous âges et de toutes régions, sur les 835 cités dans les documents, jugés en majorité pour espionnage, aide à l’ennemi et atteinte à la sécurité du Reich. Parmi eux, 125 ont été condamnés à mort, 65 à des peines de pénitencier et 36 à des peines de prison, les autres ayant été mis aux arrêts ou relâchés. Ce sont leurs biographies qui sont ici reconstituées plus ou moins précisément selon les informations recueillies par Auguste Gerhards. Dans la première partie de l’ouvrage, l’historienne Anne Pouget retrace l’histoire de ce tribunal et les tribulations de ses archives en partie détruites.