Les seniors rient

Avant la crise, la règle était : place aux jeunes ! Dehors, les anciens, les vieux birbes et les barbes mitées ! La culture de la consommation avait instillé ses réflexes jusqu’en politique et même en sport. C’était le bon temps où Yves Leterme, tout neuf sur la scène nationale, écrasait ses adversaires du haut de ses huit cent mille voix, où l’on redécouvrait un parti social chrétien « new look » peuplé d’inconnus aux figures poupines qui flirtaient avec le séparatisme, où l’on pariait sur l’équipe des « jeunes » du Standard, où l’on vantait le dynamisme de ces « nouvelles » banques qui avaient enterré à coups de milliards les vénérables institutions poussiéreuses, CGER, Crédit communal et autres dont on a oublié le nom pour imposer une gestion « audacieuse » de leurs investissements, en se moquant de la pusillanimité des établissements de jadis.


Partout, la valse aux étiquettes : GB devenait Carrefour, la télévision publique envoyait aux orties son nom et son logo pour renommer ses chaînes de télévision et faire oublier la RTBF, appellation trop ringarde. Et Verhofstadt, à la dérive, changeait de paires lunettes tous les mois pour essayer de rester dans le coup.

En quelques semaines, tout a changé. La formation au forceps du nouveau gouvernement aurait dû mettre la puce à l’oreille. Qu’il ait fallu faire appel au glorieux ancêtre Wilfried Martens pour venir à bout de l’impasse était un signe. Dans sa foulée, la vague a effacé tout ce qui avait changé. Les « nouvelles banques » se sont honteusement effondrées, tout comme le pauvre Yves Leterme. Et les sociaux chrétiens, balayant leurs nouvelles pousses et leurs alliances séparatistes, ont cherché le salut dans les bras de Herman Van Rompuy, présenté jusque là comme un politicien au placard.

La contagion a atteint les autres partis. Les libéraux, qui les poussaient vers la sortie, supplient maintenant Verhofstadt et Louis Michel de les sauver. Et les socialistes de Charleroi ne trouvent leur salut que dans le retour de Van Cauwenberghe et de sa joyeuse équipe de pieds nickelés. Même Ecolo s’y est mis en plaçant en vedette Jean-Claude Defosset, joyeux turlupin mais solide retraité, plutôt qu’une génération nouvelle comme le parti vert le faisait jadis.

En sport, on attend Lance Amstrong pour sortir ce sport sinistré de sa morosité et en tennis, Kim Clijsters pour retrouver les bonheurs d’autrefois. Quant au Standard, il réfléchit très sérieusement au retour de Leon Semmeling et de Christian Piot.

Avec l’allongement probable de l’âge de la pension, vu l’état des finances publiques, les jeunes ont des cheveux blancs à se faire…

Posts récents

Voir tout

michaël, l’espiègle

Dans une belle lettre d’adieu à son coéquipier Michael Goolaerts, le triple champion du monde de cyclo-cross Wout Van Aert écrit qu’il ne faudra jamais oublier Michael, ce gars espiègle avec son étern

Anvers et contre tout

Anvers est loin de Vérone. Sous le balcon de Juliette, l’histoire d’amour était dramatique mais simple. Dans la métropole pluvieuse, la tragédie a tourné au Grand-Guignol. La Belgique est une terre de

le train sifflera trois fois

Il y a près de mille kilomètres entre Beijing et Pyongyang à vol d’oiseau mais comme les volatiles risquent leur vie dans ce ciel tourmenté, traversé de missiles, mieux vaut faire le chemin par la ter