Les toiles mystérieuses

– Mille millions de mille sabords ! Où se trouve ce scrogneugneu de musée ? – D’après mon pendule, un peu plus à gauche, capitaine ! – A gauche ? Mais… ce sont ces cornichons des Dupondt ! Que faites-vous ici ? – On songe à changer d’air. Il paraît que le musée Magritte a besoin de deux gardiens et que nous ferions parfaitement l’affaire. – Je dirais même plus. Il paraît que Magritte a besoin de deux musées et que… – Sacrés bougres d’emplâtres sur une jambe de bois ! Magritte, c’était à Bruxelles la semaine dernière. Cette semaine, c’est le musée Hergé ! – Regardez, capitaine, derrière ce bosquet d’arbres, ce magnifique vaisseau blanc au milieu de cette épouvantable tempête médiatique ! – Une tempête, cette jolie petite brise ? Mais non, moussaillon. Un simple coup de tabac. Oh ! Alerte ! Aux abris ! Voilà Séraphin Lampion ! Trop tard, mille sabords ! – Tu tombes bien, vieux flibustier ! Je suis certain que tu connais les propriétaires de cette baraque. Dis-leur la chance qu’ils ont. Lampion est prêt à assurer tout leur bazar aux petits oignons. – C’est que… – Taratata ! C’est comme si c’était déjà signé. – Vous ne nous accompagnez pas pour la visite ? – C’est pas que je sois contre un peu de culture de temps en temps, galopin, mais franchement, dans la journée, je préfère un bon demi. – Regardez, professeur, dans le hall, cette grande colonne qui rappelle votre fusée. – Mon musée ? – Repeinte en noir et blanc, quelle allure ! J’espère qu’elle portera chance à Frank Dewinne. – Et là, cette passerelle qui serpente dans le ciel, elle est encore plus belle et plus folle que celle de l’Observatoire du professeur Calys. – Sur le mur, moussaillon, les images des aventures où vous vous seriez épargné bien des plaies et des bosses si Hergé avait eu l’idée de me faire apparaître plus tôt ! – Et là, celles où je me suis trouvé dans des situations inextricables à cause de vous. – Votre chien a l’air de grommeler, moussaillon ? – Grommeler ? Alors que personne ne rappelle que, sans moi, vous ne seriez pas tous ici à vous admirer avec un air béat ! – Je suppose qu’il a trouvé un os à ronger. – Et moi, une bouteille de Loch Lomond ! Il serait peut-être prudent que je vérifie si ce whisky est d’origine. Avec le nombre de contrefaçons qui circulent aujourd’hui… – Que faites-vous capitaine ? – Laissez boire un vrai spécialiste. Ah ! Dites donc, il a l’air authentique. Allez, encore une petite gorgée pour être sûr de ne pas me tromper. Mon Dieu, la Castafiore ! – Aaaaaaah ! Je ris de me voir si belle et si amusée !

#muséeHergé #Tintin

Posts récents

Voir tout

michaël, l’espiègle

Dans une belle lettre d’adieu à son coéquipier Michael Goolaerts, le triple champion du monde de cyclo-cross Wout Van Aert écrit qu’il ne faudra jamais oublier Michael, ce gars espiègle avec son étern

Anvers et contre tout

Anvers est loin de Vérone. Sous le balcon de Juliette, l’histoire d’amour était dramatique mais simple. Dans la métropole pluvieuse, la tragédie a tourné au Grand-Guignol. La Belgique est une terre de

le train sifflera trois fois

Il y a près de mille kilomètres entre Beijing et Pyongyang à vol d’oiseau mais comme les volatiles risquent leur vie dans ce ciel tourmenté, traversé de missiles, mieux vaut faire le chemin par la ter