Littérature francophone belge : échos de rentrée (1)


Après notamment deux recueils de nouvelles et un roman chez OnLit, Véronique Janzyk (par ailleurs animatrice sur Facebook d’un groupe consacré à Franz Bartelt) publie un nouveau roman, J’ai senti battre notre cœur, consacré à un sujet éternel, la naissance d’une relation amoureuse, et son prolongement heureux. Où l’on se rend compte, une fois de plus, que c’est moins son sujet qui fait la beauté et la singularité d’un roman, que son regard, son ton. Et, bien sûr, son écriture, ici très belle, j’allais écrire : d’une pureté cristalline, s’il ne s’agissait d’un poncif assez paresseux. Disons alors : évocatrice. Évocatrice de pensées, d’émotions, de ressentis.