Mais où Le Dilettante va-t-il les chercher ?


Si Le Dilettante n’existait pas, il manquerait quelque chose au champ éditorial français contemporain. Car, en plus de découvrir des nouveaux auteurs (pour tous les goûts: Anna Gavalda, Olivier Adam, Eric Holder, Vincent Ravalec, Jean-Claude Lalumière, Romain Puértolas, Laurent Graff, Jean-Pierre Mègnin…), cette maison fondée il y a tout juste trente ans s’en va repêcher des auteurs français du XXe siècle plus ou moins oubliés. Ainsi, elle n’est pas pour rien dans le regain d’intérêt porté à Bove, Guérin, Calet, Bernard, Dabit, Forton (également réédité chez le Bordelais Finitude), Vialatte, Hyvernaud, Gadenne ou Germaine Beaumont, tous reconnus aujourd’hui, peu ou prou, mais pour un lectorat encore trop modeste, comme des auteurs importants. C’est aussi au Dilettante qu’ont reparu des textes de Pierre Bost (plus connu comme scénariste avec son compère Aurenche que comme romancier), Gabriel Chevallier, Jacques Chauviré, Jean Freustié, Nicole Vedrès (également réalisatrice) ou encore Albert Vidalie et le totalement perdu de vue Georges Magnane. Auteur de la chanson Les Loups pour Serge Reggiani, Albert Vidalie (1913-1971) l’est également de romans, nouvelles, pièces de théâtre et scénarios de films, téléfilms et feuilletons qui n’ont pas vraiment franchi le cap de la postérité. Mais Le Dilettante veille au grain et, après un recueil de nouvelles en 2010, L’Aimable Julie, Monsieur Charlot et consorts, il vient de rééditer un roman inspiré par sa propre famille, Chandeleur l’artiste. François Chandeleur, typographe, double de son père, Baptiste Vidalie, vit avec femme et fils à Sainte-Flore (le Chatillon de son enfance), « modeste paroisse de la banlieue parisienne » où réside sa famille, notamment son frère Hector, quincailler aisé qui se cherche des ascendants nobles et italiens, ainsi que son beau-frère Maningue détesté de tous car cupide, jaloux, envieux, combinard, tricheur en affaires, etc. De ce lieu et de ces gens, Vidalie se fait le chroniqueur acerbe, avant de filer à Troyes à la suite de son héros parti tenter sa chance dans cette ville. Ce roman écrit d’une plume aigüe donne envie de redécouvrir l’œuvre de son auteur.