Mousetrap

Dans une interview demeurée (tristement) célèbre et publié par le quotidien français Libération, Yves Leterme se demandait ce que les Belges avaient encore en commun ? « Le Roi, l’équipe de foot et certaines bières », répondait-il. C’était il y a tout juste cinq ans. Un siècle en politique belge. Songez qu’à l’époque celui qui présidait alors le gouvernement flamand affirmait : « La nécessité d’avoir un gouvernement fédéral passe au second plan par rapport aux intérêts de la Flandre. » Et que Laurette Onkelinx le qualifiait d’« homme dangereux » Les transferts de compétences et le règlement de l’abcès B.H.V. qu’il tenta en vain de négocier quand il fut désigné formateur par le roi en été 2007, avec Bart De Wever dans le rôle du souffleur de méchantes répliques, furent considérés par les francophones comme des provocations, une violation du fragile équilibre communautaire. Il faut dire qu’il avait eu la bonne idée de préparer psychologiquement les négociateurs francophones en affirmant (toujours dans cette interview à Libération) : « apparemment les francophones ne sont pas en état intellectuel d’apprendre le néerlandais ». L’épisode fameux et ridicule où le premier ministre se mit à chanter la Marseillaise devant les caméras de la R.T.B.F. quand un journaliste lui demanda s’il connaissait les paroles de la Brabançonne acheva de le discréditer aux yeux des francophones. En cet été 2011, le public peut avoir l’impression que l’on joue depuis quatre ans la même pièce avec les mêmes acteurs qui prononcent les mêmes répliques et s’envoient les mêmes bons mots pour faire rire l’assistance. Mais l’apparence est trompeuse. « Fin de règne au 16 rue de la loi » a bien des points communs avec le fameux « Mousetrap » d’Agatha Christie. Peut-être même que notre tragédie pourrait battre le record de longévité du drame policier de la grande écrivain britannique (qui est représenté sans interruption depuis près de septante ans dans le même théâtre). Il y a bien des ressemblances entre les deux pièces : Mousetrap serait un titre parfait pour désigner le récit de la crise belgo-belge. Et le huis-clos dans lequel la reine du crime a situé son histoire (un château dans lequel se sont isolés le policier, la victime et les présumés assassins) ressemble de manière troublante au lieu dans lequel se déchirent nos protagonistes. Mais, si, quatre ans après les débuts sur la scène fédérale d’Yves Leterme, la victime du crime est restée la même (la Belgique qui se vide de son sang au fond du décor), l’intrigue a considérablement changé et surtout le caractère des principaux personnages. Ainsi, Leterme, soupçonné hier d’être l’assassin, est devenu le héros des spectateurs francophones. Le garant de l’unité nationale. Le sauveur du gouvernement fédéral, depuis qu’il a oublié ses anciennes répliques qui fâchaient tant. Notre Hercule Poirot. En revanche, aux yeux des spectateurs flamands, dont il était à l’époque la star, le grand acteur d’Ypres a perdu beaucoup de son lustre. Son souffleur a quitté l’ombre de la scène pour s’emparer de la tête de l’affiche et Leterme, dont le nom brillait jadis en lettres multicolores au fronton du théâtre, ne joue plus qu’un second rôle, celui de la doublure. Tout ceci explique la difficulté de représenter désormais en Belgique le même spectacle devant des spectateurs venus de différentes régions du pays. Les uns et les autres n’applaudissent plus aux mêmes répliques et ils ne sifflent pas les mêmes acteurs. Quant à l’occupant de la loge royale, on peut comprendre qu’il soit un peu perdu devant les réactions contradictoires de la salle et qu’il n’ose plus rire à aucune réplique ni applaudir aucun acteur. Mais les choses vont peut-être changer grâce aux vacances. Au théâtre, on affichera relâche. Il était temps que les spectateurs et surtout les auteurs et les acteurs respirent un peu d’air frais. Avec un peu de chance, ils vont aller se détendre aux mêmes endroits. Vibrer aux mêmes événements, aux péripéties du tour de France où la langue des coureurs n’aura plus d’importance quand retentira l’hymne national. Tom Boonen en vert et Philippe Gibert en maillot tricolore sont des coureurs belges. Mais surtout, nos compatriotes liront sur la plage le même polar de l’été, un thriller passionnant, bien plus fort et plus meurtrier que ceux d’Agatha Christie, La Note d’Elio Di Rupo…

Posts récents

Voir tout

NOUVEAU SITE

Cela fait de longues années que ce blog n’a pas été mis à jour. Non que ce soit une obligation ; mais là, vraiment, il était temps. Il n’y aura plus de nouveaux articles sur ce site. Je vous invite à

michaël, l’espiègle

Dans une belle lettre d’adieu à son coéquipier Michael Goolaerts, le triple champion du monde de cyclo-cross Wout Van Aert écrit qu’il ne faudra jamais oublier Michael, ce gars espiègle avec son étern

Anvers et contre tout

Anvers est loin de Vérone. Sous le balcon de Juliette, l’histoire d’amour était dramatique mais simple. Dans la métropole pluvieuse, la tragédie a tourné au Grand-Guignol. La Belgique est une terre de