• alain

noirs et blancs en couleurs

Alors que le thermomètre affichait 25° et que les vacances de Pâques pointaient le bout de leur nez bronzé, le bourgmestre de Bredene a eu la bonne idée d’annoncer la réouverture de ses plages pour nudistes. Aussitôt, le thermomètre a plongé de vingt degrés et l’on doit mettre des Moon boots pour s’aventurer sur la digue. Qu’on ne mette pas ça sur le compte du hasard.

D’autant que la décision du maïeur pose pas mal de questions. Dans le climat actuel qui incite les gens à se grouper selon leurs affinités ou la couleur plus ou moins pigmentée de leur peau, ouvrir la plage aux nudistes sans autre protocole est devenu insuffisant. Ainsi, les nudistes doivent-ils tolérer à côté d’eux des touristes en maillot ? Si c’est le cas, tous les maillots sont-ils les bienvenus ? Le monokini, oui. Mais le burkini ? En d’autres mots, que peut-on cacher pour entrer sur la plage de Bredene ? Et faut-il montrer patte blanche ?

Justement, ce sujet a été également oublié par le règlement de Bredene, qui se contente d’autoriser les plagistes à se mettre nu. Pas un mot sur la couleur de la peau. Rien même sur la langue, l’orientation politique, religieuse, sexuelle. Tolère-t-on des vacanciers ne parlant pas néerlandais, du moins pas à haute voix ?

Pareille indifférence n’est plus de mise. Un nudiste ne doit pas supporter toutes les nuances de nudisme. Il peut exiger que son voisin de plage partage ses valeurs, ses opinions, ses orientations. Les autres n’ont qu’à se rhabiller. Universaliste est devenu une injure. Comme jadis cosmopolite.

Que se passe-t-il si un couple d’homosexuels noirs refuse de supporter la proximité d’une famille « traditionnelle » d’immigrés chinois, composée d’un homme, d’une femme et d’enfants ? Peut-il prétendre les éloigner au motif que le bout de plage est réservé aux nudistes LGBT d’origine africaine s’abritant sous un parasol arc-en-ciel ?

Déclarer la plage ouverte aux nudistes ne suffit plus si l’on veut être dans l’air du temps. Il faut « raciser » les plages comme les universités, les clubs, les théâtres. Noirs, jaunes, rouges, blancs, flamands, wallons, indigènes, exogènes, homos, hétéros, ouvrier, patron, etc, chacun sa serviette.

Pour s’assurer qu’un membre d’une autre secte ne mettra pas les pieds sur son territoire, chaque groupe s’isolera dans un château de sable ou derrière de hauts murs.

Heureusement, la mer du Nord connaît le phénomène des marées. Une fois que la mer descend, il ne restera plus rien des châteaux et des murs. Tout le monde sera à nu…



Ps : le titre de cette chronique est un clin d’œil au joyeux film de Jean-Jacques Annaud qui portait ce titre et qui a aussi été diffusé sous le titre « La victoire en chantant ».



www.berenboom.com

2 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

21 comme si on y etait

21 a commencé dans une joyeuse effervescence avec l’installation du président Biden (et de la vice-présidente Kamala Harris) et la mise à feu de la campagne de vaccination. Deux fléaux allaient dispar

adieu monde cruel!

Une enquête vient d’être ouverte en France après l’effacement des comptes en crypto-monnaie des fonds confiés par des investisseurs à un gestionnaire de fortune. Une seconde a suffi pour que toutes le

le monde invisible d'après

L’histoire de l’art contemporain a bousculé bien des certitudes et fait voler en éclats les lois de l’esthétique, du bon goût et même du mauvais. Après la vespasienne de Marcel Duchamp, les monochrome