On dirait le Nord…

L’une est originaire d’Hazebrouck, entre Lille et Saint-Omer, l’autre est né à Calais, mais a passé sa jeunesse à Arras. Et si tous deux ont quitté la région pour des raisons professionnelles, elle pour être comédienne, lui pour travailler à la télé (l’ORTF à l’époque), Annie Degroote et Jean-Louis Fournier sont restés attachés au nord de la France, région à laquelle, d’un point de vue historique ou sur un plan biographique, ils ont parlé à de nombreuses reprises dans leurs livres.


De cet amour, Annie Degroote témoigne une fois de plus dans un album d’une grande richesse et qui, d’une certaine mesure, fera date, Le Nord comme ils l’ont aimé. J’ai écrit « fera date », car, pour parvenir à cerner son sujet sous ses multiples faces – elle en a choisi cinq : son âme, son climat et ses traditions, son passé, ses paysages et « l’esprit » de ses lieux -, elle a mené des recherches approfondies, tant chez les écrivains, que chez les poètes, les peintres – les œuvres sont très variées et leur reproduction est d’excellente qualité -, et même chez les chansonniers (mais pas chez les auteurs BD dont la région est pourtant riche), d’avant-hier, d’hier et d’aujourd’hui. Soit qu’ils sont nés sur cette terre (Jacques Duquesne, Albert Desrousseaux, Michel Quint, Jules Mousseron, Watteau, Van der Meersch), ou dans la Belgique toute proche (Ronny Coauteure, Françoise Mallet-Joris, Rodenbach, Rik Wouters), soit qu’ils y ont laissé des traces littéraires ou picturales (Zola, Hugo, Apollinaire, Verlaine, Turner, Colette, Édith Wharton), ils ont, chacun, à leur façon, raconté ce qu’est, ou était, pour eux, le Nord. Seul regret : l’absence de glossaire en fin d’ouvrage. (Omnibus)


Dans la célèbre collection « Dictionnaire amoureux », c’est à Jean-Louis Fournier qu’a été confiée la rédaction de celui sur le Nord. Qui aurait dû s’appelle des Hauts-de-France, car l’auteur s’aventure souvent en Picardie, et notamment dans l’Aisne. Lui-même s’en est rendu compte, ouvrant son livre sur ce nouveau nom donné à la région. Il a choisi, pour chacune des entrées, d’écrire des petits textes, laissant au lecteur le soin d’aller plus loin si la sujet ou le personnage l’intéresse. Pour l’appâter en quelque sorte. L’ensemble offre ainsi un intéressant portrait kaléidoscopique de la région. On y retrouve des villes (principalement Arras, sa préférée puisqu’il y a été jeune) et des lieux (la baie de Somme, la côte d’Opale), des personnages (Robespierre, Vidocq, l’abbé Lemire, Louise de Bettignies, Boucq, Jacques Bonnaffé, Raymond Kopa, mais aussi le youtubeur Norman, Jean Mineur connu par tous ceux qui fréquentent les salles obscures, ou Bernard Arnault, le patron d’LVMH) et des spécificités locales (les béguinages, les estaminets, les combats de coqs, les beffrois, etc.). Dans le lot, figurent également des noms totalement oubliés que l’auteur de Où on va papa ? invite à redécouvrir de sa plume légère et subtile. (Plon)