On nous cache tout

Quelle bonne idée a eu Jacques Dutronc de remonter en scène avec les bijoux que lui avait ciselés jadis Jacques Lanzmann ! Indémodables ! Reprenez donc en chœur « On nous cache tout, on ne nous dit rien » et c’est l’actualité de la semaine qui défile et passe à la moulinette. Le réchauffement climatique, par exemple. Avec l’acquittement de Villepin, c’est sûr que la planète va encore gagner quelques degrés. Entre le président Sarkozy et l’ex mentor de Chirac, le thermomètre risque même d’exploser. Nicolas Sarkozy l’avait pourtant annoncé dans son interview télévisé de septembre dernier : les « coupables » de l’affaire Clearstream seront traînés devant le tribunal correctionnel. Le spectre de la peine de mort n’était pas loin. Résultat, patatras ! Les coupables du président sont les innocents des magistrats. Où va-t-on si la justice de la république défie les élus de la nation ? Des kilomètres d’enquêtes, des millions d’euros d’heures perdues, tout ça pour rien. Pour faire mentir le chef de l’état français ? Mitterand et Chirac doivent se retourner dans leurs tombes. Après la remise en cause de la taxe carbone par le conseil constitutionnel, c’est un autre pan de la politique de l’environnement qui fond comme un vulgaire glacier. Ces glaciers dont la télé et les magazines nous montrent semaine après semaine l’agonie dégoulinante dans des images de films catastrophe. Or, après des années de controverse, le principal groupe d’experts sur le climat, le GIEC, a reconnu qu’il s’est trompé aussi bêtement que ses collègues économistes : non, l’Himalaya dont il annonçait avec perte et fracas l’effondrement de la couche neigeuse dans les trente ans se porte très bien, merci, ou plutôt très froidement. Le gigantesque bâton glacé va le rester. Que les amateurs de l’entracte se rassurent. Mais alors, monseigneur Léonard, dites-nous, qui faut-il encore croire ? La visite de notre ministre des affaires étrangères au Congo nous offre un autre exemple de cactus. D’après Steven Vanackere, le président Kabila n’est pas seulement un excellent compagnon de bistrot. Cet homme peut sauver la Belgique. Nous rendre enfin ce que nous avons apporté jadis à la colonie. A l’heure où les ouvriers d’Inbev bloquent la sortie de nos brasseries, le Congo dévoile devant les caméras son trésor : de la bière qui coule à flots. Quand Kabila et Vanackere lèvent leurs verres, c’est la Belgique qui mousse. Mais faut-il croire à ces promesses. Ou écouter plutôt l’ancien ministre, le très pisse-froid Karel De Gucht ? D’accord, Karel, c’est avec notre argent que les Congolais ont acheté ces sacrés fûts mais s’ils sont prêts à les vider avec nous, pourquoi faire la fine bouche ? Qui a tort ? Qui a raison ? On nous cache tout, on ne nous dit rien…

#deVillepin #Sarkozy

Posts récents

Voir tout

NOUVEAU SITE

Cela fait de longues années que ce blog n’a pas été mis à jour. Non que ce soit une obligation ; mais là, vraiment, il était temps. Il n’y aura plus de nouveaux articles sur ce site. Je vous invite à

michaël, l’espiègle

Dans une belle lettre d’adieu à son coéquipier Michael Goolaerts, le triple champion du monde de cyclo-cross Wout Van Aert écrit qu’il ne faudra jamais oublier Michael, ce gars espiègle avec son étern

Anvers et contre tout

Anvers est loin de Vérone. Sous le balcon de Juliette, l’histoire d’amour était dramatique mais simple. Dans la métropole pluvieuse, la tragédie a tourné au Grand-Guignol. La Belgique est une terre de