petit souci

Jadis, pour régler « un gros problème », on se retroussait les manches et on essayait d’affronter l’obstacle. Depuis un certain temps, on ne parle plus de gros problèmes. Il n’existe plus de problèmes du tout. Juste des « petits soucis ». Vous ne vous en rendiez peut-être pas compte mais avec l’ère des petits soucis, « tout va bien, madame la marquise. » Tchernobyl ? C’était une catastrophe. L’explosion de la centrale de Fukushima ? Un petit souci. D’ailleurs, qui sait encore que le réacteur continue de projeter dans l’atmosphère ses émanations empoisonnées et de semer la mort ? Qui a calculé pendant combien d’années la planète va étouffer sous le nuage nippon ? Pas de souci, voyons ! M. Berlusconi a modifié l’arsenal législatif italien pour le mettre à son profit personnel et piller l’état italien ? Qui s’en inquiète ? Oublions ces petits soucis au rythme des soirées bonga-bonga ! Ciel, une inondation ! Du calme ! Ne vous faites pas de cheveux blancs ! Appelons les « spécialistes » pour nettoyer les caves et remettre les tuyaux en place avant de revenir aux affaires quand ils auront rendu les lieux plus ou moins présentables. La Belgique va être un de ces jours massacrée par les marchés internationaux et les agences de notation ? Pfff ! Petit souci ! Comme se le demandait avec son habituelle pertinence Philippe Moureaux l’autre jour, « d’abord, c’est qui les marchés ? » Vous avez raison de ne pas vous en faire, Philippe, ils ne se promènent pas dans les rues de Molenbeek. Elles ne sont plus qu’un petit souci depuis que vous en êtes le maïeur. Comme il n’y a rien de plus grave que les petits soucis dans la hiérarchie des difficultés à résoudre, personne n’a plus rien à craindre désormais. Inconscience ou cynisme ? Mettre la tête sous le sable c’est tellement meilleur que se la taper contre les murs. Dès lors, si alléger les dettes énormes de l’état, protéger notre système de pension et la sécurité sociale, et discuter du nombre de cylindrés à partir desquelles il faut taxer les voitures de société, c’est à peu près la même chose, juste de « petits soucis » ménagers, il ne faut pas s’étonner que nos brillants dirigeants perdent la tête et nous font tous plonger du nez. Aux Etats-Unis, tout va bien aussi, madame la marquise. La plus grande économie du monde est malade mais les députés républicains n’ont qu’une seule préoccupation, l’élection de l’un des leurs l’an prochain, même s’il va régner c’est sur un champ de ruines. On commence à se demander si le gros problème n’est pas à chercher du côté des dirigeants politiques. En changeant la façon de gouverner, on n’aurait peut-être plus tant de petits soucis à se mettre sous la dent.

www.berenboom.com

Posts récents

Voir tout

NOUVEAU SITE

Cela fait de longues années que ce blog n’a pas été mis à jour. Non que ce soit une obligation ; mais là, vraiment, il était temps. Il n’y aura plus de nouveaux articles sur ce site. Je vous invite à

michaël, l’espiègle

Dans une belle lettre d’adieu à son coéquipier Michael Goolaerts, le triple champion du monde de cyclo-cross Wout Van Aert écrit qu’il ne faudra jamais oublier Michael, ce gars espiègle avec son étern

Anvers et contre tout

Anvers est loin de Vérone. Sous le balcon de Juliette, l’histoire d’amour était dramatique mais simple. Dans la métropole pluvieuse, la tragédie a tourné au Grand-Guignol. La Belgique est une terre de