• alain

pour le musée du chat et du cartoon

Que l’architecte du nouveau musée de la place Royale prenne garde à ce que son bâtiment ne dépasse pas les autres ; au contraire, qu’il le fasse le plus petit, discret, caché si c’est possible. En Belgique, on n’aime pas les têtes qui dépassent surtout quand elles ne sont pas encore au fond du cercueil…

Le tort de Philippe Geluck est ne pas avoir attendu d’être mort pour créer son musée. C’est bien le seul reproche qu’on peut lui adresser. Car n’est-il pas de la plus haute importance de célébrer l’humour à Bruxelles, l’absurde et le non-sens ?

C’est quoi ces moues de dédain devant un musée du dessin d’humour ? Le traditionnel mépris des faux intellectuels devant les œuvres qui font rire ?

Peut-être faut-il rappeler que de son vivant, Magritte avait lui aussi connu le dénigrement de beaucoup de critiques d’art en Belgique et en France.

Le dessin d’humour ne serait pas de l’art ? Il est particulièrement important de rappeler le rôle de la Belgique en la matière. Avec le développement d’une presse satirique dès l’indépendance et surtout sous Napoléon III (avec La Cigale, l’Espiègle, etc). Et en France à la même époque, où les caricaturistes se déchaînent avec d’autant plus de verve que l’empereur avait aussi peu d’humour que son oncle (celui qui se grattait vainement le ventre sans parvenir à se faire rire).

Daumier, Granville, ce ne serait pas des artistes ? Parmi les plus grands du 19 ème siècle. Comme Félicien Rops, lui aussi d’abord caricaturiste de génie.

La magie du dessin d’humour est d’être un témoin irremplaçable de son temps. La France petite-bourgeoise des années cinquante et soixante, c’est Tati mais aussi Dubout puis Sempé. Celle de la fin du vingtième siècle et du début du vingt et unième, ce sont les dessinateurs de Charlie, Reiser, Cabu, Riss, Charb qui en laissent la plus pertinente photographie.

Pour ceux qui ne comprennent rien à la Belgique d’aujourd’hui, ni à la sixième réforme de l’état (rassurez-vous, les politiciens non plus), ni à la disparition du musée d’art moderne (parce qu’il est fédéral, qu’il n’y a pas de budget pour les musées fédéraux et que le ministre en charge ne veut pas que la Région puisse exposer un seul tableau qu’il préfère laisser dans les caisses) il n’y a que les dessinateurs d’humour pour guide dans ce long tunnel, Kroll, De Moor, Gal ou Vadot. Ce ne seraient pas des artistes majeurs ? Non, peut-être ! Et avant eux, Picha ou Nicole van Goethem ?

Je pourrais aussi évoquer les artistes américains, ils sont si nombreux à avoir déchiffré le ventre de l’Amérique. Je voudrais aussi rappeler que le dessin d’humour, la caricature, sont en danger. Physique (les attentats contre Charlie-Hebdo ou contre les dessinateurs danois) mais aussi politique avec une censure insidieuse qui gangrène de de plus le monde intellectuel et politique. Ce qui signifie que la création d’un musée du dessin d’humour est plus que jamais une nécessité pour la survie de la civilisation…


Alain berenboom

6 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

la fureur de vivre

Le gouvernement vivaldien a réussi à serrer les rangs de son équipe hétéroclite en fêtant la rentrée politique avec une décision audacieuse : la fin des maladies de longue durée. On le sait depuis la

rule, britannia!

Dans un de ses meilleurs sketches, Fernand Raynaud se met dans la peau d’un douanier qui n’aime pas les étrangers. Il ne cesse de harceler l’étranger qui s’est installé au village jusqu’à ce que lui e

et avec ca, emballage cadeau,

Dans le monde politique flamand, certains ne comprennent pas que les dirigeants wallons fassent la fine bouche devant la proposition de leur ministre-président d’accorder un prêt à la Wallonie pour ta