Pour qui sonne le glas ?

Tout est aujourd’hui source d’angoisse. Même ces bonnes fêtes de Pâques, image jadis du bonheur bon enfant et sans arrière pensée. A l’idée que le Vatican nous envoie ses cloches, maintenant, la planète tremble. Cardinaux, évêques et curés implorent le ciel. Que nous réserve cette année Benoît XVI, le Gérald Ford des temps modernes ?

Après ses propos désolants sur les musulmans, la réintégration d’un évêque illuminé révisionniste, le découragement du préservatif et le silence sur l’excommunication d’un médecin qui a sauvé la vie d’une gamine au Brésil, de quoi va-t-il farcir les œufs ?

Jaloux du succès médiatique du G 20 et de la réunion de l’OTAN, on peut lui suggérer, pour revenir à l’avant-plan de l’actualité, quelques idées susceptibles de lui rendre un peu de popularité : l’excommunication d’Obama pour avoir critiqué le très saint et très pieux Georges Bush, la conversion à titre honorifique du nouveau ministre israélien des affaires étrangères pour ses aimables propos sur les Arabes, histoire d’annoncer joyeusement son voyage en terre sainte, la béatification de Rudolf Hess pour avoir voulu empêcher les Alliés de vaincre la pauvre Allemagne, l’obligation pour tous les curés de plus de cinquante ans de porter une Rolex pendant la messe, le port de la burka par les ministres sociaux-chrétiens obligés de cohabiter dans des gouvernements de coalition avec des politiciens sans Djeu. Après l’affront commis par la Belgique, dont le parlement a voté la condamnation de ses propos, il pourrait aussi décider, en rétorsion, de transposer dans une encyclique la directive européenne qui autorise d’appeler « chocolat » une confiserie où le bon beurre de cacao est remplacé par des graisses végétales.

Le souci d’ouverture du pape a été mal compris : son erreur a été de se déporter vers l’extrême droite au lieu de pratiquer, à l’instar du président Sarkozy, la récupération de la gauche. Plutôt que de rallier les quelques centaines d’égarés gâteux de monseigneur Lefèbvre, il ferait mieux de récupérer les communistes, en mal de leadership. D’Amérique latine à Cuba, de Moscou à Hanoï, ils sont orphelins d’un vrai patron qui leur montre le chemin du paradis. S’il proclamait Staline et Lénine bienheureux, Benoit XVI gagnerait à sa cause quelques millions de bolcheviques à la dérive. Dans une église en mal de vocation, il transformerait facilement des militants professionnels en curés de choc, prêts à porter sa bonne parole. Ce serait trahir l’œuvre de Jean-Paul II ? Bah ! La trahison a commencé dès son élection…

Posts récents

Voir tout

michaël, l’espiègle

Dans une belle lettre d’adieu à son coéquipier Michael Goolaerts, le triple champion du monde de cyclo-cross Wout Van Aert écrit qu’il ne faudra jamais oublier Michael, ce gars espiègle avec son étern

Anvers et contre tout

Anvers est loin de Vérone. Sous le balcon de Juliette, l’histoire d’amour était dramatique mais simple. Dans la métropole pluvieuse, la tragédie a tourné au Grand-Guignol. La Belgique est une terre de

le train sifflera trois fois

Il y a près de mille kilomètres entre Beijing et Pyongyang à vol d’oiseau mais comme les volatiles risquent leur vie dans ce ciel tourmenté, traversé de missiles, mieux vaut faire le chemin par la ter