Pourquoi faut-il que les hommes survivent ?


Un désastre apocalyptique, un Souffle bleu qui vous fait fumer et exploser les êtres, ou les transforme en zombie… Voilà le prélude au triste monde dans lequel Pop et Kok tentent de survivre, entre Rouen, Paris et la côte de la Somme. Dans cet univers de survivant, les adorateurs de la Verge d’Or tentent de rétablir une forme de civilisation, et chacun s’efforce de prolonger une vie dont nul ne peut plus dire le sens. La 4e de couverture nous les présente, ces Pop et Kok, comme les Bouvard et Pécuchet de l’apocalypse. Flaubert s’était servi de ces deux ridicules pour dénoncer les travers de son époque bourgeoise ; Péluchon, à travers ses pauvres hères, souligne d’un trait bleu fumant les travers de notre époque, où sans qu’il soit besoin d’une bombe, se défont nos valeurs, le sens d’un monde et cette fragile culture qui nous permet, difficilement, de nous tenir à l’écart de la barbarie.